Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Congo: une traque de trafiquants de téléphone sur fond d'interrogations

Congo: une traque de trafiquants de téléphone sur fond d'interrogations

Congo

Si des trafiquants de téléphonie mobile sont en train d‘être débusqués, il reste cependant à l’Agence de régulation des postes et communiations électroniques (Arpce) de déterminer si ces fraudeurs ont bénéficié de complicités ou non au sein de l’Agence.

L’Agence de régulation des postes et communiations électroniques (Arpce) peut dormir sur ses lauriers. L’organe de régulation a récemment annoncé avoir mis la main sur un réseau frauduleux de trafic de téléphone à Pointe-Noire, la capitale économique. «Nous avons mis un certain temps pour pouvoir mettre la main sur ces fraudeurs, très expérimentés. Grâce aussi au concours des opérateurs que je tiens à saluer ici, nous avons pu détecter leur localisation pour pouvoir les faire arrêter par la police…», explique Sandé Ndé, directeur des Réseaux et des Services de Communications Electroniques au sein de l’Arpce.

L’opération aura nécessité une patience et un usage des moyens techniques appropriés. «Grace à nos appareils, nous faisons une veille minute par minute. Ces appareils pour lequel le Régulateur a investi des moyens colossaux nous permettent de détecter, au mètre près, la localisation d’un réseau frauduleux…», indique encore Sandé Ndé.

« Nous avons mis un certain temps pour pouvoir mettre la main sur ces fraudeurs, très expérimentés. Grâce aussi au concours des opérateurs que je tiens à saluer ici, nous avons pu détecter leur localisation pour pouvoir les faire arrêter par la police… »

D’après l’Arpce citée par le site « TIC Mag », c’est dans une cabane en bois située dans le 5ème arrondissement Mongo-Poukou que s’opérait le trafic sous la supervision d’un Congolais de 35 ans. Des techniciens de l’Arpce ont ainsi trouvé sur les lieux, une SIM box (composant du matériel de la solution pour la terminaison d’appel GSM ANTRAX) d’une capacité de 80 SIM, 16 cartes SIM Airtel (opérateur de téléphonie mobile) activées des cartes de recharge d’une valeur de 50.000 francs Cfa (environ 77 euros) et une génératrice électrique.

Une activité qui n’est pas sans impact sur les opérateurs téléphoniques légaux comme Airtel et MTN. Et les conséquences sont beaucoup plus financières. « Dans le cas d’espèce, les victimes sont les opérateurs. Ce genre de fraudes leur imposent des manques à gagner qui se chiffrent en millions de francs CFA», souligne le directeur des Réseaux et des Services de Communications Electroniques au sein de l’Arpce.

Mais, ce n’est pas la première opération du genre. En septembre dernier des trafiquants de téléphone ont été débusqués et arrêtés à Brazzaville, la capitale.

Voir plus