Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Elections au Liberia: George Weah se défend de toute collusion avec Charles Taylor

Elections au Liberia: George Weah se défend de toute collusion avec Charles Taylor

Libéria

L’ex-star du foot George Weah, candidat à l‘élection présidentielle au Liberia, a démenti vendredi toute collusion avec l’ancien président et chef de guerre Charles Taylor, dont l’ex-épouse, Jewel Howard-Taylor, est sa colistière dans ce scrutin.

Il y a quelques mois, M. Weah avait reconnu dans des interviews s‘être brièvement entretenu au téléphone cette année avec M. Taylor, qui purge dans une prison britannique une peine de 50 ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis en Sierra Leone voisine; Il avait affirmé qu’il s’agissait d’une conversation de simple courtoisie.

“Je ne suis pas en contact avec Charles Taylor. Je le répète, je ne suis pas en contact avec lui”, a déclaré le candidat à des journalistes de l’AFP et la chaîne de télévision France 24. Il s’exprimait à sa descente d’un hélicoptère, en route pour Monrovia, dans le cadre de la campagne pour la présidentielle du 10 octobre.

En septembre, le Congrès américain a voté une résolution “condamnant toute ingérence extérieure dans les élections (au Liberia, NDLR), y compris toute communication ou acte du criminel de guerre condamné et ancien chef de faction armée Charles Taylor visant à les influencer de sa prison”.

Avant de présider le Liberia, Charles Taylor y avait déclenché en 1989 une des plus atroces guerres civiles du continent africain.

Parmi les 20 candidats à la succession de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue à la tête d’un Etat africain, en 2005, beaucoup ont entretenu par le passé des relations avec Charles Taylor.

“Dans notre pays, pratiquement tout le monde a participé à la guerre, donc si vous commencez à montrer du doigt certaines personnes, alors personne ne pourra se présenter aux élections”, avait déclaré George Weah à l’AFP à Paris en septembre.

Voir plus