Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : vers une crise humanitaire à Kamanyola

RDC : vers une crise humanitaire à Kamanyola

Crise humanitaire

Quelques jours après les affrontements entre les forces de l’ordre et les réfugiés burundais qui ont fait au moins à 39 morts et 120 blessés à Kamanyola, dans le Sud Kivu en République démocratique du Congo, la situation humanitaire demeure préoccupante.

Près de 3000 demandeurs d’asile burundais sont abris et ont besoin d’une aide alimentaire. Parmi eux, des enfants de moins de 5 ans qui ne bénéficient d’aucune assistance.

Pour Marie Salomé qui a perdu son fils dans ce carnage la souffrance devient intense, et l’aide impérative.

“Nous étions déjà intégrés dans la communauté ici à Kamanyola , voilà que notre situation a changé , nous sommes maintenant dans ce milieu impropre et surtout nous sommes avec ces petits enfants sous la pluie, or ils devraient vivre dans un bon milieu pour préserver leur santé, nos vie sont en danger, ce milieu n’est pas approprié, nous avons besoin de nourriture, d’ustensiles de cuisines et de savon pour la propreté. Nous avons tout perdu durant le carnage.”

Plusieurs observateurs redoutent désormais l’apparition d’une épidémie de choléra dans cette zone. Pour certains leaders de la société civile, si rien n’est fait dans l’urgence à Kamanyola, il y aura d’autres décès du fait des mauvaises conditions hygiéniques.

“Nous constatons que leurs situations est vraiment précaire, c’est pour cette raison que nous sommes venu voir comment toqué sur différents portes pour voir comment les assister parce que y a des enfants, des femmes handicapées, des femmes enceintes, des personnes ayant des maladies chroniques vu le statistique que vient de nous donner les infirmiers. Le cholera est a fustigé parce qu’ici y a pas des latrines. Nous lançons un SOS aux humanitaires de venir au secours de ces gens qui souffrent vraiment même si, ils sont étrangers, mais ils ont quand même droit, car ces sont des personnes humaines, or la vie humaines est sacrée.”, déclare le pasteur Muleba Dgoethem.

Le président  du bureau de coordination de la société civile alerte la communauté nationale et internationale sur la situation qui prévaut actuellement à Kamanyola dans le territoire de Walungu. Patient Bashombe qui revient de cette partie de la province estime que la présence à Kamanyola de plus deux mille neuf cent ressortissants du Burundi dont leur statut n’est pas clair risque d’embraser   la sous-région des grands lacs.