Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : 55 personnes de la constestation anglophone recouvrent la liberté

Cameroun : 55 personnes de la constestation anglophone recouvrent la liberté

Cameroun

Une première vague de 50 à 70 militants anglophones, arrêtés pendant la fronde de la minorité linguistique contre le pouvoir central de Yaoundé a été libéré jeudi après leurs audiences.

Les charges de co-action d’actes de terrorisme, hostilité contre la patrie, sécession, révolution, insurrection, outrage à corps constitué et aux fonctionnaires, rébellion, complicité d’actes de terrorisme,excitation à la guerre civile, propagation de fausse nouvelle, retenues contre eux ont toutes été abandonnées. Après une longue journée d’attente, ce n’est finalement qu’après 17h30 que les audiences ont commencé. Les principaux leaders Ayah Paul Abine, Fontem Neba, Agbor Bala et les autres co-détenus ont été libérés à l’issue des audiences au cas par cas devant le tribunal criminel militaire de Yaoundé , confirme Cameroon info.net.

Cette annonce intervient au lendemain d’un décret du président Paul Biya ordonnant l’arrêt des poursuites à l’encontre de certains leaders anglophones, qui étaient poursuivis “pour terrorisme” et “rébellion”, des accusations passibles de la peine capitale.

Le décret de M. Biya citait nommément trois activistes dont le magistrat anglophone et opposant Ayah Abine, qui a déjà recouvré la liberté,  a-t-on appris de sources concordante. 

Ces libérations font partie d’une “première vague” de bénéficiaires de la décision présidentielle, selon le porte-parole du gouvernement, qui ne détaille pas le nombre total de personnes détenues depuis le début de la crise en novembre.

Depuis novembre 2016, la minorité anglophone – environ 20% de la population camerounaise estimée à 22 millions – proteste contre ce qu’elle considère comme une marginalisation. Une grève des avocats, suivie de celle des enseignants a dégénéré en crise socio-politique dans les deux régions anglophones au point de menacer le bon déroulement de l‘élection présidentielle prévue en 2018, d’après les experts.

Certains anglophones exigent le retour au fédéralisme alors que d’autres réclament la partition du pays. Deux hypothèses que refuse Yaoundé.L’existence d’une minorité anglophone est un héritage de l’histoire du Cameroun. A la fin de la Première guerre mondiale, la tutelle de l’ex-colonie allemande a été confiée à la France et à la Grande-Bretagne (pour la partie frontalière du Nigeria).
A l’indépendance en 1960, le Cameroun a été une République fédérale jusqu’en 1972, avant de devenir une République unie.

Voir plus