Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Crise libyenne : Boris Johnson rencontre le maréchal Haftar

Crise libyenne : Boris Johnson rencontre le maréchal Haftar

Libye

<h3>Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson s’est rendu jeudi à Benghazi (est), où il a rencontré l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, selon un porte-parole militaire.</h3> <p>L’entretien a porté sur “le développement de la situation politique en Libye”, a indiqué Khalifa al-Abidi, sans donner d’autres détails.</p> <p>Avant son escale à Benghazi, grande ville de l’Est, M. Johnson s‘était rendu mercredi à Tripoli puis à Misrata (ouest) où il s‘était entretenu avec d’autres responsables libyens, dont le chef du gouvernement d’union nationale (<span class="caps">GNA</span>), Fayez al-Sarraj.</p> <p>Le <span class="caps">GNA</span> est le seul gouvernement officiellement reconnu par la communauté internationale. Mais une autorité dans l’est de la Libye conteste son pouvoir. Le maréchal Haftar et ses forces sont loyaux à l’autorité de l’est et opposés au <span class="caps">GNA</span>.</p> <p>Il s’agit de la première visite d’un ministre britannique à Benghazi (est) depuis 2011, a souligné de son côté le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.</p> <p>“Nous nous adressons à toutes les parties en Libye pour appuyer le travail des Nations unies en vue d’amender l’Accord politique libyen”, a déclaré M. Johnson cité dans ce communiqué.</p> <p>Signé en décembre 2015 sous l‘égide des Nations unies, cet accord n’a pas permis de mettre fin à la crise politique et sécuritaire dans le pays, surtout après le refus du Parlement élu basé dans l’est du pays à donner sa confiance au <span class="caps">GNA</span> issu de cet accord.</p> <p>L’accord ne prévoyait aucun rôle au maréchal Haftar qui bénéficie de l’appui du Parlement. M. Johnson a estimé toutefois que l’homme fort de l’est libyen, dont les forces contrôlent aussi une bonne partie du sud, “a un rôle à jouer dans le processus politique”.</p> <p>“En fin de compte, ce sera aux Libyens de décider à quoi ressemble un compromis acceptable. J’ai encouragé toutes les parties à résoudre leurs différends par le dialogue, et non par les violences et à respecter le droit international et les droits de l’Homme”, a-t-il encore dit. </p> <p>Boris Johnson avait effectué un <br /> déplacement en Libye en mai 2017. Il s‘était rendu à Tripoli puis dans l’est, à Tobrouk, pour rencontrer le président du Parlement, Aguila Saleh.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus