Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : Buhari empêché de reprendre son bureau... par des rongeurs

Nigeria : Buhari empêché de reprendre son bureau... par des rongeurs

Nigéria

Le conseiller média du président nigérian explique qu’en attendant que la situation soit maîtrisée, Muhammadu Buhari continuera à travailler depuis sa résidence.

Le président Buhari est de retour au Nigeria. Mais il ne va pas aussitôt reprendre le chemin de son bureau officiel, a annoncé Garba Shehu, son conseiller média. La cause ? Une invasion de rongeurs qui s’en serait pris aux meubles et au système de climatisation.

L’Aso Villa, la résidence officielle des présidents du Nigeria mise en coupe réglée par des rongeurs ? L’information a de quoi dérouter. Mais la communication de Buhari insiste. Les bestioles auraient profité de plus de cent jours d’absence du patron des lieux pour accomplir la basse besogne. Du coup, impossible pour le chef de l’Etat fédéral de revenir sur les lieux tant que la situation ne sera pas résolue.

Muhammadu Buhari se contentera de travailler chez lui, semble regretter Garba Shehu qui entend toutefois contrecarrer les critiques à distance. « Il n’est pas rare que des présidents du Nigeria travaillent aussi depuis leur résidence. Cela fait des années qu’il (Buhari) utilise le bureau de sa résidence… L’important est que le travail soit fait. Que ce soit depuis sa chambre ou son salon ou son antichambre, ça n’a pas d’importance ».

Avant son départ pour Londres, où il a été admis à un repos médical de près de trois mois, le président Buhari avait déjà du mal à tenir son agenda. Une difficulté qui s’est particulièrement illustrée entre avril et mai. Pendant cette période, son fauteuil est souvent resté désespérément vide en Conseil des ministres au fil des semaines.

Les organisations de la société civile locales s‘étaient alors émues de la situation et avaient appelé le chef de l’Etat à prendre congé du pouvoir en soulignant que ses problèmes de santé ne lui permettaient plus de diriger le pays.

Voir plus