Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Charlottesville : Le revirement de Donald Trump

Charlottesville : Le revirement de Donald Trump

Etats-Unis

Les nouveaux propos du dirigeant américain sur la situation de Charlottesville semblent contredire sa déclaration de samedi dernier. Quitte à choquer des observateurs.

C’est ce qu’on pourrait appeler virage à 90 dégrés. Alors qu’il avait trois jours auparavant condamné l’attaque à la voiture belier de Charlottesville dans l’Etat de Virginie, le président des Etats-Unis vient de renvoyer dos à dos les auteurs de manifestations. “J’ai condamné les néo-nazis, j’ai condamné plusieurs type de groupes mais tous ces gens n‘étaient pas néo-nazis, croyez-moi, tous n‘étaient pas des suprémacistes blancs, loin s’en faut”, a indiqué Donald Trump, le 15 août dernier, lors d’une conférece de presse. Ce, avant d’ajouter: “George Washington était bien un propriétaire d’esclaves ? Donc Geroge Washington devrait perdre aujourd’hui sa statue ? Excusez moi, mais allons-nous faire tomber la statue de George Washington ? Et celle de Thomas Jefferson ? Qu’est ce que vous pensez de Thomas Jefferson ? Vous l’aimez ? OK, très bien. Allez-vous faire tomber sa statue parce qu’il était l’iun des plus grands propriétaire d’esclaves!”

Si l’ancien leader du KKK (Ku Klux Klan), David Duke a salué “le courage et l’honnêteté pour avoir dit la vérité”, nombre d’acteurs politiques ont condamné les propos du 45ème président des Etats-Unis d’Amérique.

"Des dirigeants de tous bords, ont dénoncé ces personnes et leurs actes dans des termes clairs. Le peuple américains a besoin que son président fasse la même chose"

D’abord pour leur caractère confus. “Des dirigeants de tous bords, venus de tout le pays, ont dénoncé ces personnes et leurs actes dans des termes clairs, sans hésitation. Le peuple américain a besoin que son président fasse la même chose, et ils en ont besoin maintenant”, a écrit dans un communiqué le gouverneur démocrate de Virginie, Terry McAuliffe.

Le nouveau discours trumpiste a par ailleurs été perçu comme une sorte de légitimation de la haine. “La haine raciale a toujours existé en Amérique. Nous le savons, mais Donald Trump vient de la remettre à la mode !”, a lancé la star du basket LeBron James.

Avec ce nouveau revirement de Donald Trump, le pays de l’Oncle Sam pourrait faire face sous peu, à une vive polémique susceptible de fragiliser davantage une société américaine visiblement rongée par la haine raciale depuis des siècles.

Voir plus