Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le ministre de l'Intérieur kényan assure que le pays est "calme"

Le ministre de l'Intérieur kényan assure que le pays est "calme"

Kenya

Alors que la tension monte au Kenya avec la mort d’au moins onze personnes dans des violences post-électorales, le ministre kényan de l’Intérieur soutient que le pays est « calme ». Il accuse des « éléments criminels » de profiter de la situation pour semer la terreur.

Les violences se sont accentuées dans plusieurs villes du Kenya depuis l’annonce vendredi des résultats de la présidentielle. Alors que les affrontements entre forces de l’ordres et partisans de l’opposition ont déjà fait officiellement une dizaine de morts, pour le ministre kényan de l’Intérieur, la situation est moins dramatique qu’on la présente. « La police n’a usé d’aucune force disproportionnée contre les manifestants de ce pays. Je peux vous regarder droit dans les yeux et vous dire que toute personne qui fait de telles allégations est clairement en train de mentir et de répandre des rumeurs », soutient Fred Matiangi.

Le ministre accuse plutôt des éléments criminels qui, selon lui, profitent de la situation pour semer le chaos dans le pays. « Il y a eu des cas irréguliers d’anarchie dans quelques endroits tels que Kibera à Nairobi et certaines parties du comté de Kisumu. Dans ces endroits, les rapports indiquent que des éléments criminels ont tenté de profiter de la situation, en pillant et détruisant des propriétés », poursuit-il.

Il y a eu des cas irréguliers d'anarchie dans quelques endroits tels que Kibera à Nairobi et certaines parties du comté de Kisumu. Dans ces endroits, les rapports indiquent que des éléments criminels ont tenté de profiter de la situation, en pillant et détruisant des propriétés.

“Traiter les criminels comme des criminels”

Mais le ministre kényan de l’Intérieur prévient que les fauteurs de troubles seront châtiés comme tout criminel le mérite. Et apporte son soutien total aux forces de l’ordre. « Les forces de sécurité ont rapporté qu’elles ont bien répondu et rétabli l’ordre dans la plupart de ces parties… Mais, des individus ou des gangs sont en train de piller des magasins, ils veulent mettre en danger des vies, ils détruisent les magasins des gens. Ce ne sont pas des manifestants, mais des criminels. Et nous attendons de la police qu’elle traite des criminels tel que des criminels doivent être traités », avertis M Fred Matiangi.

Ces affirmations du ministère kényan de l’Intérieur viennent ainsi contredire celles de la coalition de l’opposition qui accuse la police de tirer à balles réelles sur des manifestants. Alors que le décompte officiel fait état d’au moins onze morts, l’opposition parle d’une centaine de tués.

Voir plus