Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Élections générales : les kényans, aux urnes dans quelques heures

Élections générales : les kényans, aux urnes dans quelques heures

Kenya

Incertitudes et inquiétudes à la veilles des élections générales au Kenya. Près de 20 millions d‘électeurs sont attendus selon la commission électorale.

Des scrutins, présidentiel, législatifs et locaux très serrés qui mettent en compétition le président sortant Uhuru Kenyatta et son principal opposant Raïla Odinga.

Énormes enjeux

Ce sera la quatrième, et probablement la dernière fois que le candidat de l’opposition (72 ans) de longue date est en course dans cette présidentielle après avoir perdu en 2013 ; trois ans seulement après l’adoption d’une nouvelle Constitution et la mise en place du système de décentralisation. Un système qui avait été qualifié de défaillant par le candidat malheureux qui faisait également état de fraudes durant le processus.

Le défi est donc énorme pour l’IEBC qui a dû lancer une campagne d’un mois d’enregistrement massif des électeurs. Près de 25 000 centres d’enregistrements ont pour l’occasion été installés dans tout le pays. Ce qui aura eu pour effets selon l’organisation, de recenser 128 000 votants enregistrés avec des numéros de carte d’identité déjà utilisés ou falsifiés, mais aussi de supprimer du registre 88 600 morts.

Les sondages d’opinion prédisent néanmoins une course très serrée entre les deux candidats, avec des craintes d’affrontements entre les partisans de divers blocs. La campagne électorale a été entachée de manifestations violentes et mortelles avec une atmosphère particulièrement tendue à mesure que s’approchent les différents scrutins.

Des tensions qui se sont accrues avec le meurtre brutal de Chris Msando, responsable de la commission électorale qui a joué un rôle clé dans les préparatifs des élections, notamment dans l‘élaboration d’un nouveau bulletin électronique et de système de reconnaissance biométrique.

Dispositions sécuritaires

Et malgré les accusations répétées de l’opposition, la commission électorale insiste sur le fait que le système fonctionnera toujours et que les Kényans devraient s’attendre à des élections libres, justes et transparentes.

Autre sujet de préoccupation, la couverture réseau. La commission a fait part de son inquiétude la transmission des résultats à temps par les bureaux de vote des régions reculées.

Des précautions ont été prises avec l’envoi d’une mission d’observateurs de l’Union africaine sous la direction de l’ancien Président sud-africain Thabo Mbeki, de l’Union européenne menée par Marietje Schaake et la Mission d’observation d‘Élection Communautaire D’Afrique orientale menée par le professeur Edward Rugumayo.

Un important dispositif de sécurité de 180.000 membres a également été mis sur pied.

À Nairobi la capitale tout comme dans plusieurs autres villes, les stations de bus longues distances sont bondées dès les premières heures de la matinée, les supermarchés sont pris d’assaut par des clients soucieux de faire des stocks.

Ces élections ont lieu dix ans après les violences politico-ethniques de 2007-2008, les pires depuis l’indépendance en 1963, qui avaient fait au moins 1.100 morts et plus de 600.000 déplacés.

Voir plus