Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : plus de 50 morts dans ul'attaque contre une mission d'exploration pétrolière

Nigeria : plus de 50 morts dans ul'attaque contre une mission d'exploration pétrolière

Nigéria

Plus de 50 morts, c’est le nouveau bilan de l’embuscade menée à Magumeri par des islamistes présumés contre une mission d’exploration composée essentiellement de chercheurs de l’université de Maiduguri, dans l’Etat de Borno, au Nord-est du Nigeria.

Le Nord-est du Nigeria encore meurtri par une attaque de Boko Haram. Plus de 50 personnes ont été tuées dans la ville de Magumeri, situé à 50 kilomètres au Nord-ouest de Maiduguri, dans l’Etat de Borno. Le massacre fait suite à une embuscade mardi contre des chercheurs de l’université de Maiduguri en mission d’exploration pétrolière pour le compte de la compagnie nationale pétrolière la NNPC.

Et « le bilan ne cesse de s’aggraver », a déclaré une source impliquée dans les suites de l’embuscade : « Nous en avons maintenant plus de 50 et de nouveaux corps arrivent », poursuit la même source. Certains membres de l‘équipe sont toujours portés disparus et des recherches sont en cours pour tenter de les retrouver. Plusieurs gardes, militaires et civiles, qui accompagnaient les géologues de l’université de Maiduguri figurent également parmi les personnes tuées. « Nous avons en ce moment 19 dépouilles de civils. Quinze d’entre eux étaient des vigiles et quatre faisaient partie du personnel de l’hôpital », a précisé un membre du personnel médical de l’hôpital universitaire de Maiduguri.

On a d'abord eu l'impression que notre équipe avait été sauvée parce que c'est ce qu'avait dit un porte-parole de l'armée mercredi. Mais on a été choqué quand ils nous ont rendu quatre corps sans vie. Ça veut dire qu'il ne s'agissait pas d'une opération de sauvetage.

L’armée avait pourtant affirmé avoir libéré l‘équipe

Pour l’instant, on ignore encore les circonstances de cette violente attaque alors que la veille, l’armée affirmait pourtant avoir libéré l‘équipe après une opération musclée. « On a d’abord eu l’impression que notre équipe avait été sauvée parce que c’est ce qu’avait dit un porte-parole de l’armée mercredi. Mais on a été choqués quand ils nous ont rendu quatre corps sans vie. Ça veut dire qu’il ne s’agissait pas d’une opération de sauvetage. », explique à l’AFP Dani Mamman un syndicaliste de l’université.

Ces pertes sont un coup dur pour l’université de Maiduguri, mais également pour la compagnie pétrolière nationale nigériane confrontée à des attaques et sabotages répétés de ses installations. Des actes fréquents notamment dans la région du Delta du Niger où est concentrée la production pétrolière du pays.

Voir plus