Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Présidentielle kényane : la Tanzanie dément une quelconque ingérence

Présidentielle kényane : la Tanzanie dément une quelconque ingérence

Tanzanie

La Tanzanie mise au banc des accusés par la presse kényane. Cette dernière accuse le pays de John Magufuli de s’ingérer dans la présidentielle prévue le 8 août.

Augustine Mahiga, le ministre tanzanien des Affaires étrangères n’a pas perdu de temps face à ces graves accusations d’ingérence dans les affaires internes d’un pays voisin. Lundi, lors d’une conférence de presse à Dar es-Salaam, la capitale commerciale tanzanienne, le chef de la diplomatie tanzanienne a démenti toutes les accusations portées contre son pays.

“La Tanzanie n’interviendra jamais dans les affaires d’un pays étranger, y compris les élections au Kenya (…) Nous ne comprenons pas pourquoi cela arrive en ce moment, mais je dois rassurer notre peuple que la Tanzanie ne pensera jamais à faire une telle chose à n’importe quel pays”, a-t-il martelé.

Depuis plusieurs jours, les médias kényans accusent le président tanzanien, John Magufuli de supporter son ami de longue date Raila Ondinga, principal candidat de l’opposition à la présidentielle kényane. Raila Ondinga aurait d’ailleurs mis en place un centre de dépouillement en Tanzanie qui veillera à ce que les élections ne soient pas truquées.

Les camps rivaux emploient toutes les techniques pour dépasser l'adversaire, mais le gouvernement tanzanien ne s'allie avec aucune partie des deux camps principaux.

Faux, rétorque le ministre tanzanien des Affaires étrangères. “Les Tanzaniens et les Kényans devraient comprendre que le climat politique au Kenya est, de façon compréhensible, très tendue en raison des élections prévues en août”, a-t-il nuancé avant d’ajouter que “les camps rivaux emploient toutes les techniques pour dépasser l’adversaire, mais le gouvernement tanzanien ne s’allie avec aucune partie des deux camps principaux”.

À quelques échéances des élections générales du 8 août, la tension est perceptible. Les observateurs et la communauté internationale ont dores et déjà averti les différentes parties en présence de faire régner un climat de confiance et pacifique pour éviter les mêmes revers que ceux connus lors des élections de 2007.

Voir plus