Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Législatives au Sénégal : le président Sall saisit le Conseil constitutionnel pour une alternative aux cartes d'électeurs

Législatives au Sénégal : le président Sall saisit le Conseil constitutionnel pour une alternative aux cartes d'électeurs

Sénégal

Dans un communiqué diffusé dans la soirée du lundi, le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall informe avoir saisi le Conseil constitutionnel sur la question des cartes d‘électeur, qui a soulevé une grande controverse à moins d’une semaine des élections législatives.

Le président sénégalais soumet ainsi au Conseil quelques alternatives à la carte d‘électeur alors que l’opposition et la société civile dénoncent une lenteur dans la distribution.

Au regard à “l’article 3, alinéa 4 de la Constitution stipule que “tous les nationaux sénégalais des deux sexes, âgés de 18 ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques, sont électeurs dans les conditions déterminées par la loi”, la présidence propose que soient retenus pour le vote les pièces suivantes : une carte d’identité nationale numérisée, un passeport, un permis de conduire, un document d’immatriculation pour les primo-inscrits non détenteurs d’un des quatre premiers documents administratifs.

Des documents qui pourraient être utilisés par tout électeur qui n’aurait pas retiré sa carte d‘électeur. Ces éventualités, rappelle la présidence, avaient été évoquées en premier par la société civile.

Désamorcer l’effet Wade

À moins d’une semaine des élections législatives prévues le 30 juillet, la tension s’intensifie sur le pouvoir sénégalais. Opposition et société civile ont accusé la coalition au pouvoir de fraude et de ne pas vouloir organiser des élections libres et transparentes.

L’ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, rentré au Sénégal pour être la tête de liste de la coalition de l’opposition “Wattu Senegaal” a d’ailleurs appelé la population à un grand rassemblement ce mardi 25 juillet, à la Place de l’Indépendance, pour une marche contre le ministère de l’Intérieur.

De son côté, le mouvement citoyen “Yen a marre” a tout simplement appelé le président Sall à limoger le ministre de l’Intérieur qui serait responsable de “la distribution anarchique” de ce précieux sésame.

La production de ces fameuses cartes a été lancée fin octobre 2016. Le président Macky Sall avait alors annoncé qu’il s’agissait d’une nouvelle carte d’identité aux multiples applications et valable sur tout l’espace de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Elle devrait alors faire non seulement office de carte d’identité, mais également de carte d‘électeur, de carte de santé (pour les travailleuses du sexe), de permis de conduire ou même de carte bancaire.

>>> LIRE AUSSI : Le Sénégal, premier pays à lancer la carte d’identité multifonctions de la Cédéao

Crédit photo : image d’archive de la présidentielle 2012
Voir plus