Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon" à Gbagbo pour la réconciliation

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon" à Gbagbo pour la réconciliation

Côte d'Ivoire

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion Guillaume Soro a demandé jeudi, en vue d’une réconciliation nationale, “pardon aux Ivoiriens” et “même” à son principal adversaire du passé, l’ex-président Laurent Gbagbo, écroué depuis 2011 à La Haye où il est jugé par la CPI.

“Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire a plus que besoin de pardon et de réconciliation. Je veux demander pardon aux Ivoiriens pour tout ce que j’ai pu faire (…) à ce peuple qui a tant souffert. Je demande pardon à mes aînés (…) et même au président Laurent Gbagbo”, a déclaré à l’AFP M. Soro, à qui l’on prête des ambitions présidentielles.

“La division fait du tort à nous tous. Ne nous divisons pas la Côte d’Ivoire! Travaillons à la paix! Dans les jours suivants, je serai plus engagé pour le pardon et la réconciliation. Même Gbagbo mérite que j’aille lui demander pardon. Je demanderai pardon à tout le monde”, a-t-il ajouté, citant aussi l’ancien président Henri Konan Bedié, un des principaux acteurs de la crise, et l’actuel président Alassane Ouattara.

“Parce depuis 2002, jusqu‘à ce jour, j’ai été un acteur important”, a expliqué M. Soro. “Ce dont la Côte d’ivoire a besoin, c’est de beaucoup plus de tolérance, de pardon, de réconciliation, de paix”, a-t-il dit.

Premier ministre de 2011 à 2012, Guillaume Soro a été le chef de la rébellion pendant la décennie (2002-2011) de crise politico-militaire ivoirienne qui a fait des milliers de morts et scindé le pays en deux. Il est régulièrement accusé par ses détracteurs de “comploter” pour satisfaire ses ambitions présidentielles. “Ce sont des rumeurs, je n’en tiens pas compte”, a-t-il assuré.

L’ancien président Laurent Gbagbo, âgé aujourd’hui de 72 ans, ainsi que Charles Blé Goudé, ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à Laurent Gbagbo, sont accusés à la Cour pénale internationale (CPI) de quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Les deux hommes ont plaidé non coupable.

Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois entre décembre 2010 et avril 2011 dans les deux camps, lors de la crise née du refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu internationalement vainqueur de l‘élection présidentielle de 2010.

AFP
Voir plus