Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

CPI : Laurent Gbagbo reste en détention

CPI : Laurent Gbagbo reste en détention

Côte d'Ivoire

Pas de liberté provisoire pour Laurent Gbagbo. Pour la 11e fois consécutive, l’ancien chef de l’Etat ivoirien s’est vu refuser une liberté provisoire de la prison de la Haye où il est incarcéré depuis novembre 2011.

La défense plaide un état fragile de l’ancien président ivoirien, incarcéré depuis six ans et qui souffrirait de “maladies qui l’affectent tant physiquement que psychologiquement”. Un argument qui n’a point convaincu les juges de la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI).

Toutefois, selon la Cour d’appel, la Chambre de première instance a commis quelques erreurs qui ont “entaché sa décision”. En premier lieu, rappelle-t-elle, la Chambre de première instance aurait dû prendre en considération le temps passé par M. Gbagbo en détention en même temps que les autres risques examinés et aurait dû déterminer si, pour tous ces facteurs, la détention de M. Gbagbo continuait d‘être raisonnable.

La Cour d’appel déplore en outre que la Chambre de première instance ait considéré l‘âge avancé de M. Gbagbo comme un facteur qui pourrait le pousser à fuir, plutôt qu’un facteur pouvant l’y contraindre.

Un nouvel examen de la question

Toutes ces questions seront de nouveau étudiées afin de savoir si M. Laurent Gbagbo devrait être maintenu en détention ou être mis en liberté, avec ou sans conditions, a tenu à préciser la Cour.

Selon le juge Cuno Tarfusser, le seul à avoir voté pour une libération conditionnelle de Laurent Gbagbo en mars lors d’une autre demande de la défense, avait reconnu que la détention de l’ancien président ivoirien avait “excédé le seuil d’une durée raisonnable et que, vu son âge et son état de santé, le risque qu’il prenne la fuite pour échapper à la justice devient de plus en plus improbable”.

L’ancien président, âgé aujourd’hui de 72 ans, et Charles Blé Goudé, ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à Laurent Gbagbo, sont accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains lors de la crise postélectorale de 2010-2011. Les deux hommes ont plaidé non coupable.

Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois, entre décembre 2010 et avril 2011, dans les deux camps, lors de cette crise née du refus de l’ex-chef de l’Etat de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle de 2010.

Voir plus