Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tanzanie : arrestation d'une députée de l'opposition

Tanzanie : arrestation d'une députée de l'opposition

Tanzanie

La députée de l’opposition tanzanienne Halima Mdee a été arrêtée mardi par la police sur des accusations d’injures contre le chef de l‘État John Magafuli.

Arrestation en Tanzanie d’une députée de l’opposition. Halima Mdee a été interpellée ce mardi sur ordre de la police de Dar es Salam pour, dit-elle, avoir insulté le président John Magufuli. Elle aurait, lors d’un meeting de son parti, qualifié le chef de l‘État tanzanien de « mal élevé », estimant qu’il pourrait ordonner un jour aux Tanzaniens de marcher les seins nus. Des propos jugés inacceptables par les autorités policières de la capitale qui ont ordonné son arrestation dans la soirée.

Connue pour ses positions critiques envers le régime de Magufuli, Halima Mdee, s’illustre ces dernières semaines par son opposition à la position de Magufuli sur les jeunes mères. Le président tanzanien a récemment déclaré que les écolières tombant enceintes ne pouvaient pas poursuivre leur scolarité après leur accouchement.

Selon la loi tanzanienne, Halima Mdee doit être libérée ou inculpé dans les 48 heures.

Persona non grata à l’Assemblée nationale

La députée Halima Mdee est suspendue depuis juin de participation aux débats à l’Assemblée nationale, après une session parlementaire particulièrement animée lors de laquelle plusieurs députés de l’opposition ont été sortis de force de l’hémicycle sur demande du président de l’Assemblée Job Ndugai.

Certains d’entre eux lui avaient alors suggéré ironiquement de réviser la Constitution pour que le pays revienne au monopartisme. Le Chadema a attaqué en justice cette mesure de suspension d’une durée de six mois, qui vise également une autre députée du parti.

Surnommé “Tingatinga” – “Bulldozer” en Swahili – le président Magufuli a marqué les esprits depuis sa prise de fonctions fin 2015 en se montrant inflexible dans la lutte contre la corruption. Mais, son style peu consensuel et même abrupt lui vaut d‘être désormais qualifié d’autocrate et de populiste par ses détracteurs alors que la liberté d’expression est de plus en plus réduite dans le pays.

Voir plus