Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

En RDC, village traditionnel Makwacha cherche touristes

En RDC, village traditionnel Makwacha cherche touristes

République démocratique du Congo

Tradition et modernisme racontés sur les murs des cases de ces cases du village de Makwacha à une quarantaine de kilomètres au sud de Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.

Pas d’électricité dans ce village au sud de la République démocratique du Congo, mais des peintures qui valent de l’or.
Depuis des générations, ces villageoises profitent de la saison sèche pour décorer leurs cases de scènes de la vie quotidienne.

‘‘Par la grâce de cette peinture, ça nous a permis d’aller à Paris et exposer nos œuvres d’art. Et je crois que dans l’avenir peut-être ça peut bien payer, il y aura d’autres projets qui vont venir.’‘ Déclare Jean-Pierre Kabaso, chef du village.

Le directeur de l’Institut français local y passe un jour pendant ses vacances : il tombe amoureux de ces maisons que les habitantes recouvrent à chaque saison sèche de scènes de leur vie quotidienne, à l’aide de pigments naturels, et décide de les faire connaître au monde.

Le Congo a une mauvaise image à l'extérieur avec l'insécurité, la guerre. Pourtant, le Congo est vaste et, s'il y a la guerre au nord, c'est à des milliers de kilomètres d'ici ! En Israël, il y a des attentats, des bombes. Mais il y a quand même des milliers.

Pari réussi : grâce à son soutien, quelques-unes des villageoises sont invitées à Paris en avril 2014 pour peindre et exposer des toiles. Elles en vendent huit pour 60.000 dollars. Pour faire fructifier l’art de la région, ce tour-opérateur table aussi sur la malachite, très répandue dans les environs.

L’arrivée d’entrepreneurs chinois, amateurs de souvenirs, a relancé les ventes.

Mais la crise politique que traverse le pays depuis quelques années en découragent plus d’un. Isaac Kabumbu est vendeur de malachite

‘‘Déjà que le marché est très difficile ces derniers temps. Ça vient de tout ce que le pays traverse. On a du mal, le touriste n’arrive pas à venir ici.’‘

‘‘Le Congo est vaste. S’il y a la guerre au Nord, c’est à 4.000 kilomètres, mais au sud il n’y a pas de guerre. Il y a des gens qui vont en Israël, où il y a des attentats, des bombes et tout ça. Mais ils vont faire du tourisme, il y a des milliers qui y vont.’‘ S’exprime à son tour Isaac Sumba Maly, directeur-général d’Okapi Palm Tours.

Pour attirer les touristes, le voyagiste a créé le festival annuel ‘‘Makwacha Art Village’‘ qui a lieu tous les derniers dimanches du mois d’août.

Il compte aussi se rendre prochainement en Chine pour négocier un contrat avec une société privée qui souhaite envoyer ses employés en vacances à Lubumbashi.

Voir plus