Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : une campagne de dénigrement des migrants africains créé la polémique

Algérie : une campagne de dénigrement des migrants africains créé la polémique

Algérie

Le web algérien s’enflamme sur la question migratoire. Une campagne appelant à l’expulsion des migrants issus d’Afrique subsaharienne débutée la semaine dernière, crée l’indignation dans le pays.

C’est sous la bannière du hashtag (#لا_للافارقه_في_الجزاير, Non aux Africains en Algérie) que la campagne haineuse a pris son envol sur le web algérien. “Chassons-les pour préserver nos enfants et nos sœurs.” “Les Algériens prioritaires, dehors les Africains.” “Ils violent et répandent le sida dans nos villes” sont quelques-uns des slogans qui sont utilisés pour nourrir la rage contre les migrants subsahariens vivant dans des sortes de campements, dans la banlieue Est d’Alger.

Mais très vite, le hashtag s’est heurté à une contre-offensive d’une autre communauté d’Algériens. Toujours sur les réseaux sociaux, ces derniers ont tourné en ridicule les accusations dont font l’objet les migrants subsahariens. Depuis quelques jours notamment, plusieurs Algériens revendiquent eux-aussi leur africanité et rappellent aux accusateurs les actes de racisme dont ils sont eux-mêmes l’objet en occident ou ailleurs.

“Nous devons réagir et montrer que les personnes qui tiennent ces propos ne reflètent pas l’ensemble de la société algérienne. Nous sommes un pays africain. Nous avons des compatriotes qui ont une couleur de peau plus foncée. Il est important que nous travaillions sur la tolérance et l’acceptation de nos différences”, a de son côté réagi Hassina Oussedik, présidente de la branche algérienne d’Amnesty International.

Nous sommes un pays africain. Nous avons des compatriotes qui ont une couleur de peau plus foncée. Il est important que nous travaillions sur la tolérance et l'acceptation de nos différences.

À côté de ces réactions, certains médias algériens évoquent l’ouverture d’une enquête de la police pour déterminer l’origine et les auteurs de ce hashtag discriminatoire.

Toutefois, cette campagne digitale tristement célèbre aura eu l’avantage d’attirer une fois de plus l’attention sur la question migratoire en Algérie où un vide juridique demeure sur les droits des migrants.

A ce propos, Le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a, dans la nuit de vendredi à samedi, annoncé devant le Parlement qu’une opération de recensement des migrants était en cours dans le pays. Cette opération devrait permettre de délivrer aux migrants “une carte de résidence, qui leur ouvre droit au travail également”, a-t-il ajouté.

Selon des chiffres communiqués par RFI, mais non-officiels, ils sont plus de 100 000 migrants d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale qui sont présents, travaillent et circulent en Algérie.

Voir plus