Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : naufrage d'un canot de migrants, huit morts, des dizaines de disparus

Libye : naufrage d'un canot de migrants, huit morts, des dizaines de disparus

Libye

Au moins huit migrants sont morts et plusieurs dizaines étaient portés disparus au large de la Libye alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Europe par la mer, ont indiqué samedi les garde-côtes.

“Ces huit corps font partie d’un total de 120 ou 130 passagers qui étaient sur le canot”, a indiqué samedi à l’AFP le chef des garde-côtes de la localité de Garaboulli (60 km à l’est Tripoli), le colonel Fathi al-Rayani.

Les corps des migrants étaient coincés dans les plis d’un canot pneumatique dégonflé, repéré à cinq milles marins (plus de 9 km) au large de la ville de Garaboulli, a constaté un journaliste de l’AFP qui a accompagné les garde-côtes sur le lieu du naufrage.

Le responsable libyen a estimé que si ce type de canot peut transporter jusqu‘à 120 personnes, il y aurait donc plus d’une centaine de disparus qui se seraient noyés ou, dans le meilleur des cas, auraient rejoint la plage à la nage.

Les migrants sont africains, bangladeshis, égyptiens, marocains (...) et ont été livrés au centre de rétention à Zawia.

Par ailleurs, le porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, a indiqué à l’AFP samedi que “des patrouilles des garde-côtes de Zawia (45 km à l’ouest de Tripoli) avaient intercepté vendredi matin cinq canots pneumatiques et deux bateaux en bois transportant plus de 570 migrants clandestins”.

Au moment du repérage, les embarcations étaient escortées par cinq Libyens sur un jet-ski et deux hors-bord dont un a été neutralisé et trois des cinq hommes ont été appréhendés, a-t-il précisé.

“Les migrants sont africains, bangladeshis, égyptiens, marocains (…) et ont été livrés au centre de rétention à Zawia”, a indiqué le général Kacem.

Les migrants interceptés ou sauvés par les garde-côtes libyens sont souvent détenus dans des centres de rétention en vue d’un rapatriement dans leur pays.

Beaucoup se retrouvent cependant replongés dans le circuit des extorsions et des violences organisés par les réseaux de passeurs.

Les trafiquants profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour faire passer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l’Italie, en leur demandant d’importantes sommes d’argent.

Selon le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR), environ 61.250 personnes sont arrivées en Italie depuis le début de l’année, et 1.778 sont mortes ou portées disparues pendant la même période dans leur tentative de traversée de la Méditerranée.

AFP
Voir plus