Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Kumawood au Ghana, fabrique express de films d'action

Kumawood au Ghana, fabrique express de films d'action

Ghana

Kumawood est la marque déposée de l’industrie cinématographique du Ghana, tout comme Bollywood en Inde et Nollywood au Nigeria.

À environ cinq heures de route d’Accra, la capitale côtière, le cœur culturel du Ghana accueille une industrie cinématographique en plein essor et à bas coûts.

Les films sont tournés à Kumasi, la deuxième ville du pays étant connue pour son héritage culturel riche, et dans ses alentours. Particularité, les films sont tournés en Twi, un dialecte local parlé par la majorité des Ghanéens, et ils ne sont généralement pas écrits à l’avance.

“Les gens regardent, dans le bus, partout, dans leur maison, s’ils montrent un film de Kumawood ici et là un film anglais, vous verrez plus de gens regarder le film de Kumawood. Cela signifie que nous sommes populaires.” Explique Bismark Okyere, réalisateur.

Environ 40 % de la production cinématographique ghanéenne sort de Kumawood, contre 50% provenant d’Accra et 10% d’ailleurs. Des films qui révèlent pour la plupart les traditions profondes du pays.

Portia Boateng est actrice.

“Nous ne faisons pas de royalties. Ces films sont diffusés à la télé, partout, personne ne paie quoi que ce soit à personne. Je ne sais pas s’il y a un groupe de personnes qui perçoit de l’argent sans que nous le sachions.”

Il y a encore quatre ans, Kumawood pouvait produire jusqu‘à 12 films par semaine avec un budget de 6.200 à 10.300 euros chacun.

Mais les pénuries de courant incessantes ont fait chuter la production à quatre films par semaine – un chiffre qui reste exceptionnel comparé aux mois, voire aux années qu’il faut pour fabriquer un blockbuster à Hollywood.

Pour le directeur de l‘école de cinéma de la capitale, Rex Anthony Annan, beaucoup de Ghanéens n’osent pas clamer haut et fort qu’ils apprécient les films de Kumasi, d’une qualité généralement réputée médiocre ; la plupart des cinéastes n’ont reçu aucune formation professionnelle, et bien souvent il n’y a pas d’intrigue.

La confusion règne sur le tournage. Mais les stars de Kumawood sont plus connues que celles d’Accra, relève-t-il.

Voir plus