Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Niger : condamné à trois mois de prison, le leader de l'opposition fait appel

Niger : condamné à trois mois de prison, le leader de l'opposition fait appel

Niger

Condamné mardi à trois mois de prison avec sursis pour incitation au complot visant à renverser le régime, Amadou Djibo leader de l’opposition au Niger a fait appel.

Le leader du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR) interpellé lundi dernier par la police alors qu’il se rendait alors qu’il se rendait à son domicile après la prière ; son domicile a été perquisitionné.

Les autorités lui reprochent d’avoir prononcé un discours début mai lors d’un meeting de l’opposition, dans lequel il aurait appelé au rassemblement contre le régime du président Mahamadou Issoufou.

Son avocat Me Oumarou dénonce un vice de procédure et un non-respect de la loi. Pour lui, plusieurs pièces à conviction notamment des documents audio n’ont pas pu être écoutés par la défense.

Nous croyons en la justice Nigérienne. Aujourd'hui, voilà, c'est un sentiment de joie surtout pour nous les militants du FRDDR. Il est notre président. Il vient d'être libéré. ​​Nous remercions tous les militants qui n'ont cessé de soutenir le président.

‘‘En faisant une lecture de cette décision, c’est manifestement pour faire arrêter, pour empêcher Max Djibo Ali de faire une autre manifestation sous peine de tomber sous le coup de la récidive. C’est ça l’objectif ; le faire taire de même que les idées ou des parties qu’il représente, tout comme ce qui est déjà fait à nouveau dans la société civile “.

Le leader de l’opposition reste serein ; pour lui, le combat ne fait que commencer.

“Aujourd’hui, c’est un grand jour. Vous avez vu que dans les différentes procédures, la vérité était toute apparente et pas cachée. Les décisions de condamnation qui ont été prises signifient qu’on veut museler la démocratie en me condamnant à trois mois de sursis, cela voudrait dire que je suis condamné au silence pendant trois mois. Mais c’est vraiment très difficile de condamner quelqu’un comme moi et de le réduire au silence. Il est clair que la lutte vient de commencer. “ A déclaré EL HADJ AMADOU DJIBO.

En mars, 15 civils accusés de complicité dans un coup d‘état en décembre 2015 contre le président Issoufou ont été libérés. Neuf officiers militaires parmi lesquels le général Salou Souleymane, sont toujours emprisonnés en attente de procès.

Voir plus