Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Maroc : nouvelles manifestations à Al-Hoceïma

Maroc : nouvelles manifestations à Al-Hoceïma

Maroc

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi soir dans les rues d’Al-Hoceïma pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire dans le nord du Maroc arrêté lundi par la police.

Après la rupture du jeûne du ramadan, les manifestants, plus de 3 000 (selon les organisateurs) ont envahi les rues du quartier de Sidi Abed, non loin du centre-ville.

“On va sortir manifester jusqu’à la libération de tous les détenus. Nasser est innocent, il ne faut pas lui faire porter des accusations… Je suis fière de lui, c’est un homme et je suis fière de lui. J’ai un grand chagrin, mais je suis fière de lui. Je vous remercie et tous les gens qui nous ont soutenus.” A déclaré une manifestante.

Leader de la contestation populaire qui secoue depuis octobre la région du Rif, Nasser Zefzafi a été interpellé lundi matin par la police pour “atteinte à la sécurité intérieure”.

Ils sont entrés chez moi par la force, ils ont tout cassé". Ils m’ont volé mes bijoux, toute ma maison est fracassée, la porte, les meubles...

Sur les pancartes, on pouvait lire plusieurs messages de revendication : “êtes-vous un gouvernement ou une bande de corrompus ?”. Ou proclamant : “libérez les prisonniers, ou mettez nous tous en prison !”.

“Nasser demande des choses légitimes, il veut un hôpital, du travail pour les gens, l’université. Il est sorti dans la rue pour ses droits et pas pour autre chose. Mais ils nous répriment. Je remercie tous les gens qui nous ont soutenus.” A-t-elle ajouté.

Depuis vendredi, la police a procédé à une quarantaine d’arrestations visant essentiellement le noyau dur du “hirak” le nom du mouvement qui anime la contestation depuis six mois. Mais selon l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), le nombre des interpellés dépassait lundi les 70 dans toute la province.

Sept suspects ont été remis en liberté provisoire en attendant leur procès. Sept autres ont été libérés sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux et 25 ont été déférées devant le parquet. Leur procès ouvert mardi à été reporté au 6 juin, à la demande de leurs avocats qui dénoncent des mauvaises conditions de détention.

Voir plus