Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Exploration de la beauté de la femme africaine par un photographe béninois

Exploration de la beauté de la femme africaine par un photographe béninois

Bénin

Un photographe béninois cherche à capturer la beauté des femmes africaines sous leur forme la plus pure.

Eric Ahounou explore la forme féminine dans sa dernière exposition, en utilisant des images audacieuses pour interroger les tabous sociaux autour de la nudité des femmes.

Intitulé “ regard érotique “, son dernier travail a été exposé à Cotonou, la capitale du Bénin.

La femme, c'est l'esprit, mais c'est un corps aussi

Si ses œuvres mettent certaines personnes mal à l’aise, Ahounou affirme lui, qu’il voulait montrer la beauté et inspirer la conversation.

“ J’ai voulu porter un regard différent sur la beauté africaine, sur mes sœurs africaines et j’ai décidé de photographier les rondeurs. Ça fait 20 ans que je le fais. Je le fais et l’assume. J’ai été attaqué à un moment donné. Avec le temps, ça ne me dit plus rien. Mes modèles sont protégés. Donc à partir du moment où mes modèles sont protégés et à la limite, je suis le seul à encaisser, ce n’est pas grave”, a-t-il dit.

Les photos d’Ahounou attirent un public avant-gardiste, repoussant les limites floues se trouvant entre l’art, l’intimité et la vulgarité, pour créer une collection audacieuse.

“ J’apprécie beaucoup. Il a respecté l’intimité de la femme. On voit la femme, on voit le corps de la femme, mais vous êtes incapable de dire celle-ci, je la connais. C’est le mythe en réalité et c’est l’amour qu’il donne à la chose et cette petite beauté que vous voyez”, a confié Priscile Imelda Kpogbome, une visiteuse de l’exposition.

“ Je crois que ça rend à la femme, ce qu’elle est. La femme, c’est l’esprit, mais c’est un corps aussi. C’est un atout, il faut le mettre en avant d’une manière ou d’une autre. Il le fait à travers son métier, la photographie. Ça devient une science. Vous voyez, les gens sont admiratifs parce que ce n’est pas vulgaire”, s’est émerveillé DJamila Idrissou Soule, une autre visiteuse.

Le photographe a avoué qu’il n‘était pas facile de convaincre ses modèles de poser nus. Il fallait les rassurer que leur identité ne serait jamais révélée.

Ahounou, qui a commencé la photographie à l‘âge de 12 ans, est particulièrement recherché dans l’industrie de la mode. Son travail a été présenté dans différentes publications locales.

Voir plus