Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Sud tunisien, sous tension, enterre le manifestant tué

Le Sud tunisien, sous tension, enterre le manifestant tué

Tunisie

Des milliers de personnes en colère ont assisté mardi près de Tataouine aux funérailles du manifestant tué la veille lors d’affrontements avec les forces de l’ordre à proximité d’un complexe pétrolier du sud tunisien.

De leur côté, les autorités ont mis en garde contre un dérapage de la situation dans cette région de Tataouine (500 km de Tunis) où un calme précaire a régné toute la journée, au lendemain de heurts inédits depuis plus d’un an dans le pays.

Anouar Sakrafi a été tué lundi “accidentellement” (selon les autorités) par un véhicule de la Garde nationale, lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour empêcher des protestataires de faire irruption dans le complexe. Une première depuis que le président Béji Caïd Essebsi a solennellement demandé le 10 mai aux militaires de protéger les sites de production du pays.

Dans un contexte où le pouvoir est déjà vivement décrié pour un projet de loi d’amnistie des faits de corruption, la capitale a aussi été le théâtre de manifestations de soutien à Tataouine lundi.

Les manifestants réclament une meilleure répartition des richesses et des recrutements dans les sociétés pétrolières.

Les violences de lundi ont fait des dizaines de blessés, dont une vingtaine de membres des forces de l’ordre. Les postes de la police et de la gendarmerie à Tataouine ont été incendiés, et une information judiciaire a été ouverte pour “dégradations de biens publics”, a indiqué Behi Labia, du tribunal de Tataouine.

Le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani a défendu l’action des autorités. “Dans toutes les démocraties, il n’y a pas d’autre solution que d’appliquer la loi et de dialoguer avec les manifestants”, a-t-il dit.

Voir plus