Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Une étudiante somalienne surmonte la culture et la pauvreté pour s'inscrire à l'université

Une étudiante somalienne surmonte la culture et la pauvreté pour s'inscrire à l'université

Somalie

Le mariage des enfants est répandu et se perpétue à la fois par la culture et la religion. Les filles de moins de 14 ans sont mariées au lieu d‘être inscrites à l‘école.

Iqra Ali Omar est l’une des rares jeunes femmes qui fréquentent l’université en Somalie. Elle est originaire de la ville centrale de Belet Wenyne dans le centre de la Somalie.

Elle est maintenant étudiante en deuxième année en administration des affaires à l’Université locale d’Hiiraan.

Après avoir terminé le baccalauréat, il m’a été difficile d’obtenir mon certificat de fin d‘études parce que j’avais des arriérés. Heureusement, je me suis inscrite à l’Université après avoir produit mon numéro d’admission à l‘école. Ensuite, j’ai eu un autre défi, je ne pouvais pas payer les frais de scolarité et le coût des documents didactiques.

Je voudrais conseiller aux jeunes filles comme moi, qui pourraient faire face à des défis similaires, en particulier celles qui ne vivent pas avec leurs parents. Je les encourage à être concentrées et résilientes et elles survivront aux difficultés.

Il était difficile de trouver de quoi assurer les frais de scolarité et le sort d’Iqra aurait probablement été semblable à celui de nombreuses autres jeunes filles somaliennes dans des mariages forcés, mais pour elle, la chance a tourné.

Je me suis inscrite à l‘école, mais j’ai dû abandonner après la troisième année parce que je ne pouvais pas payer les frais. Plus tard, j’ai eu un emploi sous – rémunéré qui m’a permis de retourner à l‘école et qui a couvert mes frais de scolarité jusqu‘à la troisième année du secondaire. Dans ma dernière année d’apprentissage, j’ai perdu mon emploi, mais mes professeurs m’ont aidé à terminer mes études.

En Somalie, Seulement 37,8 % de la population est alphabétisée. 49,7 % de la population masculine adulte est alphabétisée, pour seulement 25,8 pour cent des femmes adultes. Environ 68 % des jeunes de 15 à 35 ans n’ont pas d‘éducation formelle selon le Fonds des Nations Unies pour la population.

Le pays essaie de se reconstruire après deux décennies de conflit.