Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : ouverture d'une enquête judiciaire sur l'état de la corruption dans le pays

Tunisie : ouverture d'une enquête judiciaire sur l'état de la corruption dans le pays

Tunisie

La procédure a été lancée après le témoignage inédit d’un proche de l’ancien président Zine el Abidine Ben Ali sur les pratiques de corruption en Tunisie, ont annoncé lundi les autorités.

Le témoignage d’Imed Trabelsi, neveu de Leila Trabelsi – l‘épouse du chef de l‘État déchu, a été enregistré dans la prison où il est incarcéré depuis la révolution de 2011 et diffusé vendredi soir à la télévision nationale dans le cadre des auditions publiques de l’Instance vérité et dignité (IVD).

Cet homme de 42 ans est le plus connu des membres du clan Trabelsi et son récit durant une heure et demie de la corruption généralisée sous l’ancien régime a fait sensation.

« Avec l’accord du chef du gouvernement Youssef Chahed, le ministre de la Justice a décidé (…) l’ouverture d’une enquête sur les circonstances des déclarations d’Imed Trabelsi », ont annoncé lundi les services du Premier ministre.

Dans son témoignage, Imed Trabelsi a notamment raconté comment il est devenu l’un des barons du pays sous Ben Ali, décrivant un système bien huilé grâce à la complicité de douaniers, de hauts fonctionnaires et de ministres.

Mais sur la situation de la Tunisie post-révolution, il a également affirmé que rien n’avait « changé à (sa) connaissance ». « J’ai mes échos et le même système (de corruption) est encore opérationnel », a-t-il clamé.

« réconciliation nationale »

Le gouvernement de Youssef Chahed a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, mais les résultats peinent à voir le jour.

A la chute de la dictature, Ben Ali et son épouse Leïla ont rejoint l’Arabie saoudite, où ils vivent toujours en exil. Ils ont été condamnés par contumace à de lourdes peines de prison. Imed Trabelsi a lui aussi écopé de multiples peines, notamment pour fraude.

Si son dossier est réglé par l’IVD, les condamnations à son encontre seront annulées au titre de la « réconciliation nationale ». Mais le chargé du contentieux de l’Etat, qui doit obligatoirement faire partie de l’accord, n’a cessé de reporter l’affaire ces derniers mois selon Imed Trabelsi.

L’IVD a été créée fin 2013 pour enquêter sur les multiples violations des droits de l’Homme des dernières décennies, ainsi que pour réhabiliter les victimes et leur octroyer réparation.

AFP

Voir plus