Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : 45 ème édition de la fête nationale

Cameroun : 45 ème édition de la fête nationale

Le Cameroun célèbre ce 20 mai 2017, la 45 ème édition de sa fête nationale – malgré les multiples grèves – dans un contexte de contestation sociopolitique.

La pluie qui s’est abattue sur l’ensemble du territoire n’a pas empêché le traditionnel défilé qui a lieu – tous les ans à cette date – dans toutes les dix régions du pays.

‘‘Armée et nation, en parfaite synergie pour un Cameroun uni dans sa diversité, attaché aux idéaux de paix, de stabilité e de prospérité’‘. Le thème retenu pour cette nouvelle édition est un appel à l’unité de ce pays de l’Afrique centrale qui face depuis quelques semaines à de multiples grèves.

À Yaoundé, la capitale politique, le président de la République Paul Biya et son épouse Chantal ainsi que les membres du gouvernement ont assisté à la grande parade qui a réuni tout le peuple camerounais – comme dans les chefs-lieux des 9 autres régions -.

Écoliers, élèves, étudiants, institutions, grandes écoles, partis politiques, forces de l’ordre, armée, police, garde présidentielle … Ont défilé devant la tribune située au ‘‘Boulevard du 20 mai’‘ pendant deux heures et vingt minutes.

Malgré les grèves enregistrées ces dernières semaines

Plusieurs partis politique notamment le SDF (Social Démocratic Front), principal parti de l’opposition a été l’un des acteurs absent de cette 45 ème célébration (sur toute l‘étendue du territoire); tout comme le CPP (Cameroon People’s Party) et le MRC (Mouvement pour le Renaissance du Cameroun) absent dans quelques régions, en soutien aux protestataires anglophones.

Le Port autonome de Douala a été paralysé à deux fois en moins d’une semaine – mois de mai – par la grève des dockers qui revendiquent de meilleures conditions de travail. Ces derniers réclament le paiement d’un salaire de base et d’un treizième mois, la prise en charge de leurs familles et une meilleure couverture sociale.

Les médecins ont également manifesté leur colère par un mouvement de trois jours pour réclamer de meilleures conditions de travail : assurance maladie entre autres. Une grève qui intervenait dans un contexte particulier ; des leaders du syndicat des médecins du Cameroun ont été affectés dans l’arrière-pays par le ministre de la Santé.

Quelques jours plus tôt, le corps enseignant (le 27 mars) marquait un sit-in devant le ministère des Finances (à Yaoundé). Une grève ‘‘illimitée’‘ au cours de laquelle les enseignants exigeaient le paiement de leurs arriérés de salaire.

. Une (nouvelle) grève qui faisait suite à celles qui ont eu lieu dans plusieurs régions anglophones du pays, du fait de la crise qui paralyse le système éducatif dans ces régions…Plusieurs leaders anglophones (considérés comme auteurs de cette manifestation) sont toujours emprisonnés – et risquent la peine de mort -.