Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : sit-in près d'un champ pétrolier pour revendiquer une meilleure répartition des richesses

Tunisie : sit-in près d'un champ pétrolier pour revendiquer une meilleure répartition des richesses

Tunisie

La région de Tataouine, à 500 km au sud de Tunis, est agitée depuis plusieurs semaines par des revendications sociales.

À Kamour, dans le désert à une centaine de kilomètres de Tataouine, des habitants de la région ont monté depuis plus d’un mois des tentes près d’une installation pétrolière.

Ils demandent une meilleure répartition des richesses du pétrole en faveur de la région et des recrutements prioritaires dans les sociétés pétrolières. Des négociations ont eu lieu entre le gouvernement et ces manifestants mais des sit-in sont toujours sur place à ce jour.

Nous ne prêtons aucune attention à l'allocution du président. Nous allons continuer nos manifestations pacifiques. Nos droits, ce sont l'accès au développement, le travail et notre part des richesses de l'énergie

“Nous ne prêtons aucune attention à l’allocution du président. Nous allons continuer nos manifestations pacifiques. Nos droits, ce sont l’accès au développement, le travail et notre part des richesses de l‘énergie,” a déclaré Tarek Haddad, un des dirigeants de la protestation au camp de Tatatouine Kamour.

“Nous sommes prêts à discuter, mais nous n’allons pas abandonner jusqu‘à ce que notre région obtienne des solutions.” a-t-il ajouté.

Selon le gouvernement, la protestation autour des sites de production a coûté au pays l‘équivalent de quelque 2 milliards d’euros. Dans la foulée, Tunis a ordonné la présence de l’armée sur les sites de productions.

Des associations de droits de l’homme ont averti que cette décision pourrait conduire à la violence dans cette zone d’instable où beaucoup de gens se sentent abandonnés par le gouvernement.

Six ans après sa révolution, le seul pays à avoir réussi un printemps arabe pacifié, n’est toujours pas parvenu à résoudre les maux comme la pauvreté, le chômage et la corruption, pourtant à l’origine de la révolte contre la dictature de Zine el-Abidine Ben Ali.

Salué par les gouvernements occidentaux comme un modèle de transition démocratique, la Tunisie n’a pas réussi à offrir la plupart des possibilités économiques à la hauteur de son succès politique, laissant de nombreux jeunes sans espoir.

Voir plus