Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : des anciens rebelles paralysent Bouaké

Côte d'Ivoire : des anciens rebelles paralysent Bouaké

Côte d'Ivoire

Ils sont plusieurs centaines à avoir investi les rues de Bouaké, la deuxième plus grande ville de la Côte d’Ivoire. Ces anciens rebelles démobilisés et non armés, ont décidé de crier leur colère au gouvernement qui n’a pas respecté ses promesses.

Barricades sur les principales voiries, entorses à la circulation, les rebelles démobilisés sont sortis dès le début de la matinée à Bouaké, ancienne capitale de la rébellion qui a secoué la Côte d’Ivoire entre 2002 et 2010.

Leur objectif, obtenir eux-aussi leur part de gâteau du gouvernement. Ils lorgnent pour ainsi dire les primes consenties à leurs anciens collègues, intégrés dans l’armée ivoirienne.

“Nous aussi on nous a promis, vous pensez quoi ? Les autres ont eu, nous depuis on a rien, on nous a parlé de plan d’insertion dans la vie professionnelle et depuis on ne voit rien, il est temps que ceux qui sont à l’aise au palais présidentiel grâce à nous prennent conscience de tout ça”, s’est confié l’un des mécontents au site ivoirien koaci.com.

Les autres ont eu, nous depuis on a rien, on nous a parlé de plan d'insertion dans la vie professionnelle et depuis on voit rien, il est temps que ceux qui sont à l'aise au palais présidentiel grâce à nous prennent conscience de tout ça.

Au-delà des primes, ces démobilisés exigent une réinsertion dans la vie active comme il leur avait été promis dans le cadre de l’opération Démobilisation, Désarmement et Réinsertion (DDR).

Début janvier, le front social ivoirien avait connu une forte agitation. D’anciens rebelles incorporés à l’armée ivoirienne avaient entamé une mutinerie qui coïncidait avec une grève générale des fonctionnaires.

Sous pression, le gouvernement avait alors promis de verser 8 000 euros à chacun des 8 500 anciens rebelles, dont 7 500 euros versés avant le 5 février. Cette promesse avait ouvert la voie de nombreuses mutineries notamment chez les gendarmes et les forces spéciales.

Confronté à la chute des cours mondiaux du Cacao – qui compte pour 15 % du PIB – la Côte d’Ivoire a récemment procédé à un réajustement budgétaire.

Voir plus