Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique : ces petits noms qu’on se donne entre nous

Afrique : ces petits noms qu’on se donne entre nous

Tournée africaine

Vous est-il déjà arrivé de voyager dans un autre pays et de vous faire appeler par un nom qui n’est pas le vôtre?

Il s’avère qu’un grand nombre de personnes ayant été au moins une fois dans un autre pays africain a vécu cette expérience.

Les peuples africains ont une manière bien singulière de renommer l‘étranger qui vient s’installer sur leurs terres. Des surnoms partagés entre humour et invectives qui tirent généralement leur origine du bagage culturel que cet étranger apporte avec lui ou tout simplement de la perception que son pays hôte a de lui. Nous avons sélectionné pour vous quelques exemples d’expressions entendues çà et là à travers le continent.

on appelle nos freres de la republique centrafricaine, les « BOZIZE » nous a dit un abonné camerounais sur Facebook.

En Afrique de l’Ouest:

Au Sénégal, il n’est pas rare d’entendre les habitants de l’Afrique centrale se faire appeler « Gnaks » (habitants de la forêt), Au Bénin, les étrangers sont affublés du surnom « Toumenoux », une expression qui prend également en compte les personnes rurales vivant dans le pays.

Les pays anglophones d’Afrique de l’Ouest ne sont pas en reste. Les Ghanéens appellent les ressortissants nigérians « Alata » (vendeurs de poivre – terme dérivé du Yoruba) et les Nigérians leur renvoient gentiment l’ascenseur avec le surnom « the Darks » (littéralement, les noirs)

Au Niger et au Mali, lorsque vous entendrez « Forestiers » ou « Toukoro mogow » (les gens de la forêt), n’ayez aucun doute, il s’agit des populations d’Afrique centrale. Ces deux termes ancestraux sont sûrement utilisés en raison des vastes zones forestières qui couvrent l’Afrique centrale.

En Afrique centrale:

Les « Warahs » en République du Congo sont les Ouest-Africains, toutes nationalités confondues. Toutefois, au Gabon, les Béninois « bénéficient » d’une petite marque d’attention. Ils sont surnommés chaleureusement « Popos», en raison de leurs fameux Riz-Popo ; un met mangé avec les mains, dans le plus ‘grand désordre’ selon les Gabonais.

‘‘on appelle nos freres de la republique centrafricaine, les « BOZIZE »’’ nous a dit un abonné camerounais sur Facebook.

En République démocratique du Congo (RDC), tout Centrafricain est potentiellement un « Mo ngwenambangui». Pour trouver l’origine de cette appellation, il faut remonter aux premiers contacts entre les Congolais de la RDC et les Centrafricains. Autrefois, en effet, quand on demandait à ces derniers d’où ils venaient, ils répondaient vaguement « Ngué na Bangui » ce qui veut littéralement dire « partir à Bangui ».

Afrique du Nord:

Jetons à présent un coup d‘œil en Afrique du Nord. Certains tunisiens et Algériens nomment les ressortissants d’Afrique subsaharienne « Guéra Guéra » (singes) ou« Karlouche » (la couleur noire en arabe), des expressions qui ont tendance à crée la controverse.

Afrique Australe:

Du côté de l’Angola, les peuples de l’Afrique de l’Ouest sont simplement appelés “Mamandous”, en liaison avec le prénom Mamadou, beaucoup utilisé chez les Mandingues. Les Sud-Africains, eux, appelleraient les immigrants africains « Makwerekwere » car ils n’entendraient que « kwere kwere » quand ces derniers parlent leurs dialectes.

Afrique de l’Est:

Les « Babii » au Kenya sont ceux qui viennent d’en haut, une référence faite aux voyageurs africains qui sortent de leurs pays.

Ailleurs dans le monde aussi:

Mais donner des surnoms n’est pas qu’inhérent à l’Afrique. Au-delà des frontières africaines, existent également ces petits « clashs » de surnoms.

C’est le cas des francophones d’Europe qui désignent les Britanniques par le surnom « Rosbif », ou les Guadeloupéens et Martiniquais d’Amérique du Sud par « Mwaka » par lequel sont surnommés de manière amusante les Antillais à cause de l’utilisation de la première personne du singulier en créole « Moi Kâ » qui veut dire « Moi… Je ». Les Américains appellent les Français « Frogs » parce qu’ils mangent des grenouilles, les Chinois disent « Hei gui » (monstre noir) face à une personne de peau noire et les Français disent « Chinetoque » aux Chinois en connotation aux objets fabriquer en chine qui seraient dit de piètres qualités. Une expression qui a fini par être copiée même jusqu’en Afrique.

À votre prochain voyage hors de votre pays, prêter l’oreille, vous serez peut-être surpris du nom qu’on vous donnera sur le sol inconnu.