Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le verdict définitif du procès en appel d'Hissène Habré connu ce jeudi

Le verdict définitif du procès en appel d'Hissène Habré connu ce jeudi

Idriss Déby Itno

C’est ce jeudi 27 avril 2017 que l’ex-président tchadien Hissène Habré sera fixé définitivement sur son sort avec l’annonce du verdict de son procès en appel devant les Chambres africaines extraordinaires à Dakar, au Sénégal.

« Ce verdict sera définitif et irrévocable », a assuré à l’AFP le porte-parole du tribunal spécial, Marcel Mendy. Ce procès en appel d’Hissène Habré, le premier au monde dans lequel un ancien chef d‘État est traduit devant une juridiction d’un autre pays pour violations présumées des droits de l’homme, avait été tenu en janvier dernier après que ses avocats ont rejeté sa condamnation en mai 2016 à la prison à vie pour crime contre l’humanité.

La défense veut encore y croire

Nous espérons que ces arguments seront pris en compte.

Dans sa requête, la défense a dénoncé des erreurs affectant la validité du verdict rendu en première instance et conteste certaines accusations contre son client dont elle demande l’annulation de la condamnation. Malgré les faits accablants, les avocats d’Hissène Habré ne perdent espoir de voir la peine de leur client révisée. Sous le couvert de l’anonymat, l’un d’eux a confié à l’AFP être confiant, estimant avoir donné « des arguments sérieux et valables, de forme comme de fond ». « Nous espérons que ces arguments seront pris en compte », en dépit de la présence « de l’Occident. Au fond, c’est leur procès (des Occidentaux), ils en sont les parrains », a-t-il ajouté.

Le procès d’Hissène Habré, qui s’est réfugié au Sénégal après son renversement en décembre 1990 par l’actuel président tchadien Idriss Deby Itno, est, en effet, qualifié par ses partisans comme « un complot de l’Occident » contre lui. C’est le 30 mai 2016, que l’ancien chef de l‘État tchadien a été condamné à la perpétuité pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures et viols par le tribunal spécial puis, le 29 juillet 2016, à payer jusqu‘à 20 millions de francs CFA (plus de 30.000 euros) par victime. Selon une commission d’enquête tchadienne, la répression sous son régime (1982-1990) aurait fait quelque 40.000 morts.

L’audience est prévue jeudi à 10 heures. En cas de condamnation, Hissène Habré, purgera sa peine au Sénégal ou dans un autre pays de l’Union africaine.