Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie: relation argent-médias au coeur d'un scandale

Tunisie: relation argent-médias au coeur d'un scandale

Tunisie

En Tunisie, l’univers des médias est secoué par un scandale de corruption. Une chaîne de télévision privée est accusée d’avoir pris de l’argent pour dénigrer le travail de l’ONG I-Watch.

Lors d’une conférence de presse, Achref Aouadi le président de l’ONG a réagit sur ces agissements, mettant à l’index les relations troubles entre média et argent dans la presse tunisienne.

Je pense que le but est de salir la réputation des membres d’I Watch. De salir notre image auprès des Tunisiens. Que l’on nous colle le mot traître et agent afin que le peuple tunisien, lorsqu’I Watch le confronte à des accusations de corruption, dise de nous que nous avons un agenda caché. A-t-il dénoncé.

Nous avons des personnes qui se voient au dessus de la loi. Des personnes jugées sans que la loi ne soit appliquée. Contre ces personnes, il faut, en tant que société civile, agir et donner un message positif aux Tunisiens...

La polémique a éclaté dimanche soir avec la divulgation d’un enregistrement audio.

Dans cette séquence, une voix qui semble être celle de Nabil Karoui, ex-président de Nessma TV – l’une des principales chaînes de Tunisie – exige que soit tournée “une bande-annonce qui souille” les membres de l’ONG I-Watch, en les faisant passer pour des “traîtres et des agents” de l‘étranger et en utilisant des informations “bidon”.

Aujourd’hui ce qui est compris c’est que les médias, en tant que quatrième pouvoir, vont être mis en doute. Il y a un danger pour la démocratie. Un danger pour le sens de la citoyenneté en Tunisie. Un danger pour les institutions de l’État si cela continue. A-t-il ajouté.

Nessma TV n’a pas souhaité commenter dans l’immédiat. L’un de ses chroniqueurs, Emine Mtiraoui, a affirmé que l’enregistrement avait été monté, mais n’a pas démenti son contenu. Il a précisé que les déclarations attribuées à M. Karoui étaient “des propos à chaud, une réaction naturelle” à une “campagne” contre la chaîne, en allusion au rapport d’I-Watch.

Dans un rapport publié en 2016, cette ONG, qui représente Transparency International en Tunisie, avait déjà accusé Nabil Karoui et son frère de “fraude fiscale”. Suite à la diffusion de l’audio, elle a annoncé qu’elle allait porter plainte au pénal contre M. Karoui et toute personne impliquée.

Voir plus