Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

En Ouganda, des enfants "préfèrent la guerre" à la paix

En Ouganda, des enfants "préfèrent la guerre" à la paix

Ouganda

La violence a bercé leur enfance. Devenus grands, des enfants ougandais nés de femmes violées par des soldats de l’Armée de résistance du Seigneur (ARS) et bercés par le crépitement de leurs armes, préfèrent malgré tout cette période de guerre où s’entremêlaient famine, terreur, violence.

Cette conclusion est celle des chercheurs de l’université McGill (Canada) qui ont interrogé une soixantaine d’enfants âgés entre 12 et 19 ans, nés dans l’intervalle du conflit ougandais et ayant passé une partie de leur enfance en captivité.

Interrogés par les chercheurs, ces enfants déplorent aujourd’hui leur vie de paria dans une société dans laquelle ils sont constamment “stigmatisés”. “Dans ma famille, il y a trois enfants nés en captivité et on nous déteste tous. Mon oncle nous bat et il a dit qu’il nous tuerait. Il ne veut pas de petits rebelles Kony dans sa maison”, a affirmé un jeune interviewé. 

Pour les chercheurs, le paradoxe exprimé par ces enfants de préférer une situation de guerre à une situation de paix, illustre parfaitement la manière dont “ils se sentent stigmatisés”.

L’Armée de résistance du Seigneur, mouvement rebelle qui se considère chrétien est accusée des pires atrocités depuis sa création en 1988, deux ans après le début de la guerre civile ougandaise. Avec à sa tête Joseph Kony, ce groupe rebelle s’est assigné pour mission de renverser le président ougandais Yoweri Museveni et de mettre en place un régime basé sur les Dix Commandements de la Bible.

Repoussée des frontières ougandaises, la LRA dont le chef est en fuite, continue toutefois d’inquiéter les voisins dont le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo ou encore la République centrafricaine.

Voir plus