Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Bombardements américains : les réactions européennes

Bombardements américains : les réactions européennes

Politique européenne

<p>Si la Russie monte au créneau, les alliés européens de Washington, eux, applaudissant cette première opération militaire américaine contre le régime de Damas.</p> <p><strong><span class="caps">FRANCE</span></strong></p> <p>François Hollande a estimé vendredi que “<em>cette opération était une réponse</em>“. “<em>Elle doit être maintenant poursuivie au niveau international dans le cadre des Nations unies si c’est possible, de façon à ce que nous puissions aller au bout des sanctions contre Bachar el Assad et empêcher qu’il y ait de nouveau utilisation des armes chimiques et l‘écrasement par ce régime de son propre peuple</em>“, a déclaré, en marge d’un déplacement en Ardèche, le chef de l’État, qui réunira un Conseil de défense à l’Élysée à 19h00.</p> <p><strong><span class="caps">ALLEMAGNE</span></strong></p> <p>Bachar al-Assad porte “<em>l’entière responsabilité</em>“ des frappes américaines, ont estimé la chancelière allemande Angela Merkel et le président français dans un communiqué commun.</p> <p><strong><span class="caps">CONSEIL</span> EUROPÉEN</strong></p> <p>Les frappes américaines en Syrie “<em>illustrent une détermination nécessaire contre les attaques chimiques barbares</em>“, a affirmé vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk.</p> <p>“<em>L’UE travaillera avec les États-Unis pour mettre fin à la brutalité en Syrie</em>“, a ajouté M. Tusk qui préside l’instance réunissant les dirigeants des 28 pays membres de l’Union européenne, dans une courte déclaration sur le réseau social Twitter.</p> <p><strong><span class="caps">COMMISSION</span> EUROPÉENNE</strong></p> <p>Selon un communiqué du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, “<em>les États-Unis ont informé l’UE que leurs frappes en Syrie étaient limitées et visaient à dissuader de nouvelles atrocités liées à des armes chimiques</em>“.</p> <p>M. Juncker “<em>comprend les efforts pour dissuader de nouvelles attaques</em>“, ajoute le communiqué précisant que la Commission estime qu’il faut “<em>apporter une réponse</em>“ à “<em>l’utilisation répétée de ce types d’armes</em>“.</p> <p>“<em>Les efforts visant à endiguer la spirale de la violence en Syrie et à lutter pour une paix durable devraient être redoublés</em>“, poursuit-il, estimant que “<em>seule une transition politique peut conduire à un tel résultat</em>“.</p> <p><strong><span class="caps">ROYAUME</span>-<span class="caps">UNI</span></strong></p> <p>Londres a annoncé “<em>soutenir pleinement l’action des États-Unis</em>“. Ces frappes sont “<em>une réponse appropriée à l’attaque barbare à l’arme chimique perpétrée par le régime syrien</em>“, a estimé un porte-parole de Downing Street.</p> <p><strong><span class="caps">ITALIE</span></strong></p> <p>Le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a estimé que les frappes américaines étaient “<em>une réponse motivée à un crime de guerre</em>“ et qu’elles devraient “<em>non pas empêcher mais au contraire accélérer la recherche d’une solution négociée durable</em>“.</p> <p><strong><span class="caps">DANEMARK</span></strong></p> <p>Lars Løkke Rasmussen, le Premier ministre du Danemark, a applaudi sans réserves: “*c’est bien que ces attaques lâches contre des innocents aient des conséquences (…) La barbarie d’Assad ne peut être impunie !_” a-t-il tweeté.</p> <p><strong><span class="caps">AUTRICHE</span></strong></p> <p>L’Autriche, pays neutre, a indiqué “<em>comprendre les motivations américaines</em>“, selon son ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz, tout en souhaitant un recours à l’Onu.</p> <p><strong><span class="caps">POLOGNE</span></strong></p> <p>Le président polonais Andrzej Duda a exprimé “<em>son entier soutien à l’opération militaire menée par l’armée américaine en Syrie</em>“. “<em>Le monde civilisé ne pouvait rester indifférent face à cette attaque insondable et barbare</em>“, a-t-il dit.</p> <p><strong>RÉPUBLIQUE TCHÈQUE</strong></p> <p>Le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobothis a estimé sur Twitter que “<em>l’usage d’armes chimiques est un crime inacceptable. Espérons que la réaction rapide du président Trump aidera à prévenir de nouvelles attaques chimiques en Syrie</em>“.</p> <p><em>Avec agence (<span class="caps">AFP</span>)</em></p>