Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

The Morning Call

the-morning-call

Les pyramides oubliés du Soudan [Travel]

Les pyramides oubliés du Soudan [Travel]

The Morning Call

Quand on leur parle du Soudan, la plupart des touristes voit le pays comme un désert ennuyeux ravagé par la guerre – en proie à la crise des réfugiés au Darfour et à la guerre civile en cours dans la nouvelle République du Soudan du Sud- suite à une séparation nord-sud en 2011.

Même maintenant, les citoyens du Soudan sont visés par les interdictions de voyage mises en place par l’administration Trump.

Et je ne suis pas sûr que la promotion de ces antiquités soit une priorité pour Omar al-Béchir, président du Soudan depuis son coup d’Etat militaire en 1989. C’est donc aux voyageurs de prendre l’initiative.

En effet, avec l’Egypte qui se remet toujours d’une énorme baisse de visiteurs suite à une série de crashs aériens de haut niveau, le Soudan devient en fait l’alternative idéale – avec un avantage supplémentaire : il y a moins de foule.

Alors pourquoi les pyramides ici?

De 3 100 à 2 890 av. J.-C., des pharaons égyptiens envoyèrent leur armée vers le sud le long du Nil à la recherche d’or, de granit pour les statues, de plumes d’autruche et d’esclaves.

Arrivant au sud jusqu‘à Jebel Barkal – une petite montagne au nord de Khartoum -, ils ont construit des forts et des temples plus tard, le long de la route pour montrer leur domination sur les Nubiens, un groupe ethnique au Soudan.

La région conquise devint connue sous le nom de Kush et les habitants ont adopté tous les aspects de la culture égyptienne, des dieux aux glyphes. Mais quand l’empire égyptien s’est effondré en 1.070 av. JC, les Nubiens étaient libres.

Cependant, la religion d’Amon était ancrée profondément et 300 ans plus tard Alara, roi des Kush, a mené une renaissance de la culture égyptienne, y compris la construction de leurs propres pyramides.

La construction a continué pendant des années même quand nous avons eu les «pharaons noirs» qui ont régné sur l’Egypte pendant près de 100 ans.

Au sommet de leur règne, sous le commandement du célèbre roi Kush Taharqa, leurs territoires s‘étendaient jusqu‘à la Libye et la Palestine. La couronne du roi portait deux cobras: l’un pour la Nubie, l’autre pour l’Egypte.

Le dernier grand lieu de sépulture de ces pharaons noirs royaux se trouvait à Méroë, une ancienne ville sur la rive est du Nil, une destination célèbre au Soudan.

Soleb est une ancienne ville de la Nubie, au Soudan d’aujourd’hui, mais qui en vaut la peine: il y a plus de 200 pyramides regroupées sur trois sites, dont 43 pyramides répertoriées par l’Unesco.

Certains touristes ont affirmé avoir vu des éléphants, des girafes et des gazelles, une preuve que cette région a été autrefois couverte de prairies luxuriantes. Le sol alluvial fertile a permis aux Kushites de cultiver l’orge et le sorgho.

L’empire Kush était en déclin vers 300 après JC. La diminution de l’agriculture et les raids croissants de l‘Éthiopie et de Rome marquent la fin de leur règne. L’introduction du christianisme et de l’islam a suivi, et les prières au dieu égyptien Amon ont commencé à diminuer.

Le temps a peut-être résisté aux pierres extérieures comme vous l’avez vu dans les illustrations, mais les légendes des rois et des reines vivent – et leur souhait d’immortalité sera accordée si les touristes continuent à soutenir le voyage au Soudan. Qui, comme je crois, est bien plus qu’un désert.

Voir plus

The Morning Call

The Morning Call, c'est pour vous et pour votre monde. Nous voulons donc partager vos opinions sur nos programmes. Si vous souhaitez contribuer à The Morning Call, voici comment nous contacter : Si vous souhaitez plus de détails sur la contribution, cliquez ici

The Morning Call

The Morning Call, c'est pour vous et pour votre monde. Nous voulons donc partager vos opinions sur nos programmes. Si vous souhaitez contribuer à The Morning Call, voici comment nous contacter : Si vous souhaitez plus de détails sur la contribution, cliquez ici