Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Procès de Simone Gbagbo: ses avocats boycottent la fin du procès

Procès de Simone Gbagbo: ses avocats boycottent la fin du procès

Côte d'Ivoire

Les avocats commis d’office de l’ex-première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, jugée à Abidjan pour crimes contre l’humanité, n’assisteront pas à la phase finale du procès prévue à partir de lundi. Ils réclament une nouvelle fois une reprise totale du procès.

Me Amany Koumé et ses deux confrères (Me Patrick Georges Vieira et Claude Mentenon) ont été clairs sur leur position au cours d’une conférence de presse vendredi à Abidjan : ils na participeront pas à la phase finale d’un procès qu’ils jugent inéquitable.

Pour autant qu’ils nous ont dit qu’aussi longtemps que l’accusée ne comparait pas vous n’avez pas droit à la parole or il est évident et manifeste que l’accusée ne comparaitra pas lundi (…) et même si elle venait à comparaitre est-ce qu’on a le temps suffisant; est-ce qu’il nous donneraient le temps avec les moyens que nous avions demandé pour préparer une défense éclairée? s’est interrogé Claude Mentenon, avocat commis d’office.

Lundi, les parties civiles devraient plaider, avant que le procureur ne prononce son réquisitoire. Plusieurs griefs ont été dénoncés par les avocats de l’accusée notamment l’absence de documents dans le dossier d’accusation et le remplacement d’un assesseur par un autre en cours de procédure.

Il s'agit d'élémentaires exigences légales (...) La Cour a décidé de passer outre. Nous sommes devant une grave et intolérable dérive totalitaire (...) et une négation des droits de la défense.

Pour Me Patrick Georges Vieira, “la justice a le devoir de retrouver les 10.000 pièces manquantes” au dossier d’accusation. Il s’agit d’une “situation ‘‘totalement absurde’‘, qui est une atteinte aux droits de la défense. Le caractère équitable (du procès) est indiscutablement remis en cause”, a-t-il martelé.

Entrecoupé de nombreuses suspensions depuis son ouverture le 31 mai 2016, le procès de Simone Gbagbo poursuivie pour crimes contre l’humanité a mainte fois été reporté.

donc notre réaction c’est de laisser la cour faire ce qu’elle a envie de faire prendre la décision qu’elle croit en âme et conscience de rendre. Est-ce que ça sera une décision d’acquittement on le souhaite est-ce que ça sera une décision de condamnation c’est à la cour de décider et après nous aviserons, a ajouté amani kouamé.

Une position que les avocats de Simone Gbagbo comptent défendre jusqu’au bout. Ils n’excluent pas de saisir les hautes instances africaines en cas de condamnation de leur cliente.

Si il y avait une décision de condamnation sans la présence des avocat cette affaire pourrait être soumise à la censure de la cours Africaine des droits de l’homme et de la cours d’Abuja en responsabilité contre l’état de Côte d’Ivoire pour avoir jugé un national en refusant qu’il ait une défense. Conclut l’avocat Claude Mentenon.

Simone Gbagbo est jugée pour son implication présumée dans des tirs d’obus sur le marché d’Abobo, un quartier d’Abidjan favorable à Alassane Ouattara, et pour sa participation à une cellule qui organisait des attaques menées par des milices et des militaires proches du régime.

Elle purge déjà une peine de 20 ans de prison pour “atteinte à la sûreté de l‘État”, prononcée en 2015.

Voir plus