Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Réactions après les révélations sur les prêtres pédophiles protégés par l'Église catholique

Réactions après les révélations sur les prêtres pédophiles protégés par l'Église catholique

Religion

Le débat est encore vif sur les réseaux sociaux, deux jours après une enquête diffusée par l‘émission Cash Investigation sur France 2 en collaboration avec des journalistes du site Mediapart. Témoignages à l’appui, l‘émission révèle comment des prêtres pédophiles ont été protégés par l‘Église catholique par un système “d’exfiltrations internationales”.

On y apprend que certains prêtres responsables de ces abus en Europe ont été transférés en Afrique, notamment en Côte d’Ivoire, au Cameroun ou encore en Guinée. La trajectoire inverse, de l’Afrique vers l’Europe, aurait également été orchestrée, après des cas de pédophilie recensés en Afrique.

Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés, même si la tendance est à la dénonciation de l‘Église catholique qui aurait préféré soigner l’image de l’institution qu’elle est que de protéger les victimes en excommuniant les prêtres coupables.

À l’opposé, certains internautes ont dénoncé des manigances médiatiques en vue de salir l’image de l‘Église catholique, estimant que la pédophilie se retrouve dans de nombreux secteurs et devrait alors faire l’objet du même écho quels que soient les auteurs.

L‘émission, elle, affirme avoir respecté la déontologie et l‘éthique journalistique pour la réalisation de son enquête qui a duré un an. Quant à l‘Église catholique de France qui avait refusé de participer au débat après la diffusion du document, elle a cependant reconnu avoir “commis des erreurs”.

Ce mercredi, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, le porte-parole de la Conférence des évêques de France a exprimé “un sentiment profond à la fois de honte, d’humilité et de détermination” à lutter contre ce “fléau”.