Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

57 milliards de dollars de la Banque mondiale pour l'Afrique

57 milliards de dollars de la Banque mondiale pour l'Afrique

Afrique

La Banque mondiale annonce un investissement de 57 milliards de dollars sur trois ans pour le financement de projets en Afrique subsaharienne.

C’est une somme record. 57 milliards de dollars, c’est le montant que compte mobiliser la Banque mondiale pour l’Afrique subsaharienne. Un investissement étalé sur trois ans et dont l’essentiel, soit 45 milliards de dollars, proviendra de l’AID, l’Association internationale de Développement, son agence qui accorde des dons et des crédits à taux zéro aux pays les plus pauvres.

Le reste (8 milliards de dollars) sera composé de financements privés par le biais de la Société financière internationale (IFC), une autre antenne de la Banque mondiale, et 4 milliards de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), la filiale de la Banque dédiée aux pays à revenu intermédiaire, a précisé le président de la BM Jim Yong Kim, cité dans un communiqué. Cet investissement sera essentiellement consacré au financement de grands projets sur le continent. 448 déjà en cours en Afrique subsaharienne vont bénéficier de cette augmentation des financements de l’AID.

Avec ces engagements, nous allons pouvoir travailler avec nos clients pour significativement développer les programmes en faveur de l'éducation, des services de santé de base, de la propreté de l'eau et de son traitement, de l'agriculture, du climat des affaires, des infrastructures et des réformes institutionnell

Une nouvelle bien accueillie par les analystes qui parle de mesure cruciale pour faire face aux grands défis économiques du continent, ce qu’espère également l’institution financière internationale. « Cela représente une occasion unique de modifier la trajectoire du développement en Afrique subsaharienne. Avec ces engagements, nous allons pouvoir travailler avec nos clients pour significativement développer les programmes en faveur de l‘éducation, des services de santé de base, de la propreté de l’eau et de son traitement, de l’agriculture, du climat des affaires, des infrastructures et des réformes institutionnelles », a, en effet, indiqué le Directeur de la Banque mondiale dans son communiqué.