Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

FESPACO : le film "L'orage africain, un continent sous influence", salué lors de sa projection

FESPACO : le film "L'orage africain, un continent sous influence", salué lors de sa projection

Burkina Faso

Cris et applaudissements d’approbation : le film béninois anti-colonialiste “L’orage africain, un continent sous influence”, reçoit un accueil triomphal au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

Le film, une fiction où un chef d‘État africain nationalise les entreprises occidentales aux dirigeants cyniques et racistes qui tentent vainement de le renverser par tous les moyens, a été ovationné, plus pour ses idées que sa qualité cinématographique.

Il faut quand même que l’on essaie d’éveiller les consciences et de penser à l’avenir de notre continent et à l’avenir de nos enfants. Le continent africain est le continent qui nourrit toute la planète, bizarrement tout le monde converge vers ici, il n’y a que les Africains eux-mêmes qui ne voient pas qu’ils ont un continent riche. Explique le réalisateur du film Sylvestre Amoussou.

Évocation de sortie du Franc CFA, collaboration avec la Russie ou la Chine au détriment des Occidentaux, critique des grandes organisations internationales, indépendance économique, fierté d‘être africain.

Moi je me battrai pour l’Afrique et je me battrai jusqu’à la mort parce que l’Afrique je l’ai dans la peau et je l’ai pour les futurs générations. Où que je sois, je respire l’Afrique.

Ce n’est pas un film contre les peuples, c’est un film pour l’amitié entre les peuples, parce que les dirigeants nous manipulent. On ne peut pas après plus de cinquante ans d’indépendance être encore sous la tutelle des dirigeants. Ajoute-t-il.

Au rang des principaux acteurs, l’actrice française Sandrine Bulteau, qui joue une machiavélique représentante de groupes multinationaux. Elle donne les raisons de sa présence dans le film.

Si j’ai accepté ce rôle c’est avant tout parce que je veux que tous les Occidentaux soient au courant de ce qui se passe en Afrique. Parce qu’on nous cache aussi à nous la vérité.

Le film est un des 20 longs-métrages en compétition dans cette 25e édition du FESPACO.

Voir plus