Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Burkina Faso : cinéma à l'énergie solaire

Burkina Faso : cinéma à l'énergie solaire

Burkina Faso

Une nouvelle salle de cinéma fonctionnant à l‘énergie solaire inaugurée en prélude à l’ouverture du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, (Fespaco).

Baptisée Canal Olympia Yennenga, cette salle, troisième plus grande de la capitale burkinabè est la propriété du magnat français Vincent Bolloré.

D’une capacité de 300 places et d’un coût de deux milliards de francs CFA (3 millions d’euros), la salle bâtie sur plus de 700 m2 dans le quartier huppé de Ouaga2000, dans le sud de la capitale burkinabè peut également accueillir d’autres spectacles et des concerts grâce à sa cour aménagée.

C’est la 4e salle de cinéma de Ouagadougou lancée par le groupe Bolloré après Douala (Cameroun), Niamey (Niger) et Conakry (Guinée).

Il faudra du temps pour réhabituer les gens à venir au cinéma. Donnez-nous un an pour voir en vitesse de croisière comment ces salles fonctionnent. Que l’on adapte notre programmation, que l’on trouve ce qui plaît au public africain. Pour tout cela il faut laisser du temps.

La capitale du cinéma africain et le FESPACO c’est Ouagadougou. Et nous avons tout à fait intérêt à tenir le standing grâce justement à ce type d’apport du secteur privé. Cela permet au Burkina Faso de rester bien au centre de sa mission qui est de faire en sorte de développer ou de faire la promotion des films africains. A salué Roch Marc Christian Kaboré, président de la République du Burkina Faso.

Cette inauguration intervient alors que de nombreuses salles historiques ont fermé leurs portes et beaucoup de villes africaines ne disposent plus de grands écrans. Ici, seront particulièrement projetés des films de Nollywood et ceux du FESPACO. Corinne Bach, présidente de Canal Olympia.

On commence par 1 500 Francs CFA (2 euros), c’est le tarif qui est dans tous les Canal Olympia et on va voir. Pour les premiers retours que l’on a dans les autres salles, les gens ne trouvent pas que c’est trop cher. Mais on va voir.

Les promoteurs visent la satisfaction première du public tout en développant la production et la promotion des films africains.

Cinquante autres cinémas devraient s’ouvrir dans les prochains mois dans des pays francophones d’Afrique ; certaines villes pourraient accueillir plusieurs salles.

Voir plus