Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : ouverture du procès des ''disparus du Novotel''

Côte d'Ivoire : ouverture du procès des ''disparus du Novotel''

Côte d'Ivoire

Le procès du meurtre des quatre hommes enlevés en 2011 à l’hôtel Novotel d’Abidjan pendant la crise post-électorale en Côte d’Ivoire s’ouvre aujourd’hui.

Dix hommes seront dans le box des accusés, mais les plus connus sont le général Brunot Dogbo Blé, ancien commandant de la Garde républicaine, les colonels Jean Aby et Léopold Mody Ohoukou et l’ex-commissaire de police, Osée Loguey.

Ils sont accusés d’avoir pris part à l’enlèvement et à l’assassinat, le 4 avril 2011 à Abidjan, de Stéphane Frantz Di Rippel, ex-directeur de l’hôtel Novotel d’Abidjan, de Yves Lambelin, ancien directeur du géant ivoirien de l’agro-industrie Sifca et de son collaborateur béninois Raoul Adeossi, et enfin du Malaisien Chelliah Pandian, alors directeur d’une filiale de Sifca.

Ce procès intervient six ans après les faits. « Nous voulons que ce procès permette la manifestation de la vérité. Les familles des victimes veulent savoir quels ont été les derniers moments de la vie de leurs proches. Nous voulons aussi savoir ce qu’il est advenu des corps », avait déclaré Pierre-Olivier Sur, avocat des familles des victimes et du groupe AccorHotels à JeuneAfrique. Jusqu‘à ce jour, seule la dépouille d’Yves Lambelin a été retrouvée dans la lagune Ebrié de la capitale ivoirienne.

Torturés et tués

Pour le camp du président Ouattara, qui a effectivement pris le pourvoir à partir du 11 avril, les quatre victimes ont été emmenées au palais présidentiel – alors aux mains des forces pro-Gbagbo- pour y être torturés et tués.

Me Mathurin Dirabou, l’un des avocats de la défense, a fait savoir que ‘‘s’il y a absence (des accusés)
Ils seront jugés par contumace’‘.

Un procès dont l’ouverture reportée plusieurs fois avait suscité de la colère dans le camp des avocats des victimes. La défense avait accusé le Parquet d’avoir ‘‘mal organisé le procès’‘.
‘‘On est en train de vouloir condamner les innocents’‘, a affirmé Me Ange Rodrigue Dadjé, avocat du général Dogbo Blé.

Selon l’AFP qui cite un enquêteur indépendant, qui a requis l’anonymat, les quatre disparus du Novotel ont été victimes d’un ‘‘enchaînement malheureux de circonstances’‘.

« Je ne pense pas que leur mort a été préméditée. Dogbo Blé était par les événements et sous la pression des patriotes », a déclaré l’enquêteur.

Ce mardi, le procès de Simone Gbagbo, qui est notamment jugée pour crime contre l’humanité, reprend également ce matin.

Voir plus