Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC/Vidéo de massacre dans le Kassaï : la France veut une enquête "au plus vite"

RDC/Vidéo de massacre dans le Kassaï : la France veut une enquête "au plus vite"

République démocratique du Congo

La France réagit à la vidéo du massacre perpétré dans le Kasaï, en République démocratique du Congo. Ce lundi, la diplomatie française a demandé à Kinshasa de faire “au plus vite la lumière” sur cette scène macabre mettant en cause l’armée congolaise.

Nouvelle pression sur le gouvernement en République démocratique du Congo après la diffusion d’une vidéo montrant le massacre de présumés soldats congolais sur des populations civiles dans le Kasaï.

Dans un communiqué, la France par la voix du porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a “[condamné] les violences meurtrières” et appelé Kinshasa “à faire au plus vite la lumière sur ces agissements inacceptables et à identifier les responsables, qui devront répondre de leurs actes”.

Le week-end, une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux montrait en effet des supposés membres des FARC (l’armée congolaise) ouvrir froidement le feu sur des populations civiles dont des femmes et des enfants.

Les autorités et l'armée congolaises doivent assumer leur responsabilité première de protection des populations civiles, dans le plein respect des droits de l'homme.

Pour la diplomatie française, il est impérieux pour les autorités et l’armée congolaises “d’assumer leur responsabilité première de protection des populations civiles, dans le plein respect des droits de l’homme”.

Samedi, le gouvernement congolais avait qualifié de “montages ridicules” ce massacre de civils avant de se raviser en reconnaissant que des soldats congolais avaient pu commettre des “excès” en réprimant la rébellion Kamwina Nsapu, qui déstabilise le sud de la province du Kasaï central depuis septembre 2016.

Dans la foulée de la polémique née de la diffusion de cette vidéo, des élus de l’Assemblée nationale ont dénoncé la “légèreté” du pouvoir dans la crise au Kasaï, l’accusant d’avoir privilégié une réponse “purement militaire” plutôt qu’un règlement politique.

Voir plus