Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les espoirs de Robert Mugabe en Donald Trump

Les espoirs de Robert Mugabe en Donald Trump

Zimbabwe

A l’occasion de ses 93 ans qu’il célèbre ce mardi, le président zimbabwéen Robert Mugabe était de sortie ce dimanche. Sur la chaine publique de son pays, il a laissé éclore toute l’admiration, mais également les espoirs qu’il porte au nouveau président américain, Donald Trump.

Avec son mot d’ordre “L’Amérique d’abord”, Donald Trump s’est trouvé un allié africain : Robert Mugabe. Pour le chef de l‘État du Zimbabwe, le “slogan” de son homologue américain mérite d‘être salué.

Sur les antennes de la chaine télévisée publique Zimbabwe Broadcasting Corporation, le leader zimbabwéen s’est notamment dit en phase avec la politique américaine de Donald Trump qui priorise les intérêts américains. “Quand il s’agit de Donald Trump et de ses idées nationalistes “l’Amérique aux Américains”, je suis d’accord”, a-t-il déclaré lors de son intervention reprise par le journal gouvernemental Herald.

Depuis 2002, certaines puissances occidentales, dont les États-Unis, infligent des sanctions économiques au Zimbabwe, qui ont eu pour effet de précipiter la chute du pays vers une grave crise économique. Mais pour autant, Robert Mugabe ne perd pas espoir même si les sanctions américaines à l’encontre de son pays ont été renouvelées par le président Barack Obama juste avant son départ de la Maison Blanche.

Quand il s'agit de Donald Trump et de ses idées nationalistes "l'Amérique aux Américains", je suis d'accord

Avec ses tendances nationalistes, la nouvelle administration américaine pourrait réexaminer les sanctions de longue date infligées au Zimbabwe, espère Robert Mugabe.

“Obama l’a fait juste avant son départ. Pourquoi a-t-il dû le faire ? (…) Pourquoi n’a-t-il pas laissé le choix au nouvel arrivant ? Nous sommes maintenant sous le coup de sanctions imposées non pas par Donald Trump, mais par Obama. Quelle arrogance !”, a déclaré Mugabe avant d’ajouter plus loin : “il faut donner du temps à Donald Trump. Il peut même revoir les sanctions contre le Zimbabwe”.

Depuis toujours, Robert Mugabe s’est farouchement opposé à l’interventionnisme occidental. En 2003, il se comparait notamment au despote allemand Adolph Hitler qui “avait un seul objectif : la justice pour son peuple, la souveraineté pour son peuple, la reconnaissance de l’indépendance de son peuple et ses droits sur ses ressources”. “Si cela c’est Hitler, laissez-moi être le décuple de Hitler”, avait-il ajouté.

Contesté par une partie de la population en raison de la crise économique qui perdure, Robert Mugabe qui fête ses 93 ans ce mardi, a annoncé sa décision de briguer un autre mandat en 2018.

“Ils [ses partisans] veulent que je me présente aux élections, tout le monde dans le parti veut que je me présente… La majorité des gens sentent qu’il n’y a pas de remplaçant, de successeur qu’ils pourraient accepter, à part moi”, a-t-il déclaré à la télévision d‘État.

Voir plus