Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La santé de Buhari préoccupe les Nigérians

La santé de Buhari préoccupe les Nigérians

Nigéria

L’absence depuis le 19 janvier du numéro un nigérian, qui a repoussé son retour de vacances au Royaume-Uni pour raisons médicales, et surtout le silence radio des autorités laissent le champ libre aux pires rumeurs dans le pays.

L’ancien général de l’armée, âgé de 74 ans, devait initialement reprendre le travail dans la matinée à Abuja. Mais dimanche soir, son cabinet a annoncé qu’il prolongerait son séjour à Londres sur recommandation de ses médecins, en attendant les résultats d’une série d’examens médicaux effectués à l’occasion de ses congés.

“Il doit revenir et reprendre le travail. Pourquoi ? Parce que la situation dans ce pays est difficile pour la plupart des gens. Les gens vivent dans la douleur, la pauvreté et le besoin. Le Président doit revenir à temps pour régler tous ces problèmes pour que le Nigeria aille de l’avant, “ insiste Oladeji, fonctionnaire vivant à Lagos. “On attend des rumeurs à droite à gauche, et des gens disent qu’il est mort. Est-il encore en vie ? Suit-il un traitement ? On ne sait pas trop ce qu’il se passe. On sait par contre ce que le Nigeria traverse en ce moment. Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, depuis deux ans, beaucoup de choses ne vont pas bien, “ fulmine pour sa part Kelly, un étudiant.

Le gouvernement nigérian qui peine à convaincre que le président se porte bien, a même dû démentir à plusieurs reprises des rumeurs persistantes sur les réseaux sociaux et dans les médias, selon lesquelles il serait gravement malade, voire décédé pendant son séjour.

Rappelons que lundi, des dizaines de personnes ont manifesté à Abuja contre la politique économique de Buhari demandant notamment des solutions urgentes à la récession.

Les Nigérians sont généralement méfiants envers les déclarations sur la santé de leurs dirigeants : outre Yar’Adua, ils se souviennent également du décès au pouvoir – officiellement d’une crise cardiaque – du militaire Sani Abacha en 1998.

Voir plus