Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : Jean Ping s'exprime sur l'actualité gabonaise lors d'une conférence de presse

Gabon : Jean Ping s'exprime sur l'actualité gabonaise lors d'une conférence de presse

Gabon

Le chef de l’opposition gabonaise Jean PING a donné mardi à Libreville, une conférence de presse au cours de laquelle il a passé en revue les sujets qui font la une au Gabon.

Actualité oblige, celui qui se proclame toujours vainqueur de la présidentielle d’août 2016 au Gabon est revenu sur le budget de la Coupe d’Afrique des nations que le Gabon venait d’abriter.

« Nous avons dépensé d’après ce qu’ils disent eux-mêmes, plus de 400 milliards de francs CFA pour la CAN de 2012. Pour cette CAN-ci, nous avons prévu de dépenser un montant similaire. Donc, vous voyez que nous ne sommes pas très loin des 1000 milliards de francs CFA pour danser pendant que le peuple meurt. On est allé chercher une mascotte, c’est une panthère. On est allé l’acheter, je crois dans les souks des cantons de Pékin ou de Shanghai et ça a coûté presque 2 milliards pour cette mascotte-là», a-t-il dit.

Nous allons prendre nos dispositions et nos responsabilités

L’opposant gabonais a abordé la résolution adoptée par l’union européenne contre le Gabon. De même, il a annoncé de façon on ne peut plus clair sa démarche future.

« La communauté internationale a vu ce qu’elle a vu. Donc, elle doit prendre ses responsabilités. Mais ça ne veut pas dire que nous nous comptons uniquement sur la communauté internationale. Nous allons prendre nos dispositions et nos responsabilités. Vous allez voir. Lesquels, les rapports de force », a-t-il ajouté.

Quant à sa participation au dialogue national inclusif proposé par Ali Bongo, il reste ferme sur sa position.

«Moi, je suis en harmonie totale avec la population gabonaise. Donc, je n’irai pas à ce dialogue. C’est clair. Je n’irai jamais à ce dialogue », a-t-il martelé.

C’est un jean Ping détendu, mais au ton sévère qui était face à la presse ce mardi. Comme quoi la décrispation politique n’est peut-être pas pour demain au Gabon.

Voir plus