Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Afrique du Sud : cinquième édition de la semaine de la mode masculine

Afrique du Sud : cinquième édition de la semaine de la mode masculine

Les conservateurs de la semaine de la mode masculine sud-africaine affirment que c’est la seule plate-forme autonome de l’Afrique consacrée au développement et à la promotion de la mode masculine sur le continent. Cette année, ils ont voulu que l‘événement donne aux concepteurs et à leurs vêtements l’exposition adéquate tout en établissant de nouvelles normes pour la mode masculine a travers le monde.

Imagination, mixture mélanges de tissus, couleurs et design lors de la cinquième édition de la Semaine de l’Homme d’Afrique du Sud (SAMW). Un défilé qui a montré des stylistes africains rivalisant d’imagination ; certains avec la prétention de pouvoir compter aux côtés de certains des créateurs mondiaux de la mode.

Mzuksi Mbane est diplômé en comptabilité sans formation formelle qui a utilisé sa marque «Imprint» pour rester fidèle aux influences africaines, avec une gamme de gravures distinctes sur des pièces douces mais structurées et inspirées par le style au-delà de la base du designer.

_ Moi, je joue toujours avec l’histoire d’un voyageur, donc ce n’est pas seulement une personne basée en Afrique du Sud, c’est un Africain de toute l’Afrique parce que si vous regardez ma collection Hiver, au Maroc, c‘était celle de l’Afrique du Sud, elle racontait des histoires du Maroc et puis j’ai eu des morceaux là que j’ai pris du Ghana, donc il y a toujours ce mélange parce qu’il est question d’unifier, de se concentrer sur nos racines Africaines._ A déclaré le styliste sud-africain.

Le nigérian Tokyo James est le créateur de la marque ‘‘urbain street-wear chic’‘. Le styliste né au Royaume-Uni est allé au-delà de l’imprimé africain dans le but de répondre aux goûts de tous les hommes partout dans le monde.

Je m’inspire du Nigeria, mais je conçois pour un public international. Je crois fermement que l’Afrique fait partie du monde, alors j’ai tendance à ne pas me limiter à l’esthétique de l’Afrique. Je crée pour l’homme en général, donc peu importe qu’il soit européen, asiatique ou africain, tant qu’il peut porter du Tokyo James.

L‘événement a eu lieu au Palms à Woodstock, au Cap, un espace aérien que les organisateurs ont déclaré être élégant mais assez simple pour ne pas rivaliser avec l’esprit de SAMW qui vise à prendre la mode masculine plus au sérieux. Un événement exceptionnel selon Ryan Beswick, directeur exécutif de la SAMW, différent des traditionnels événements de mode.

Il existe des centaines de semaines de mode sur le continent, le problème est qu’il s’agit plus de divertissement. Ce que nous avons fait pour nous démarquer de tout le monde est de nous concentrer sur les étoffes. Nous avons seulement les meilleurs stylistes et tout le processus pour obtenir les meilleurs vêtements sur notre podium et c’est pourquoi tout le monde vient ici, parce que s’ils ont l’habitude de voir quelles sont les nouvelles tendances, ce qui se passe en Afrique, c’est là qu’ils viennent le trouver parce que nous avons les meilleures sur notre plate-forme, a-t-il expliqué.

La SAMW a lieu deux fois par an et s’inspire de la semaine de la mode masculine de Londres. Elle offre des opportunités aux créateurs africains de montrer leur travail à Londres, l’une des capitales mondiales de la mode.
Avec plus de 200 milliards de rands soit 15 milliards de dollars en fin 2014, L’Afrique du Sud compte parmi les industries de la mode les plus prospères du continent africain. Au nombre des stylistes qui ont pris part à l‘événement, l’on peut citer Nao Serati, Nguni Shades Kidd Hunta et Craig Jacobs ainsi que Jenevieve Lyons et Kim Gush.