Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

CAN 2017 : les Gabonais confrontés aux dures réalités du pays après l'euphorie

CAN 2017 : les Gabonais confrontés aux dures réalités du pays après l'euphorie

CAN 2017

Alors que la CAN 2017 connaitra son épilogue ce week-end avec la finale, de nombreux Gabonais sont rattrapés par les dures réalités de la crise économique qui frappe le Gabon.

Les milliards dépensés pour l’organisation de la compétition sont de plus en plus au centre des conversations dans la capitale Libreville.

Et, nombreux sont les Gabonais qui estiment que l‘édition actuelle ne suscite pas la même ferveur que celle co-organisée avec la Guinée équatoriale en 2012.

“Par rapport à 2012 (Coupe d’Afrique des Nations 28e édition co-organisée par le Gabon et la Guinée équatoriale en 2012), ce n’est pas la même chose parce que je peux dire que le pays a apporté la politique dans le sport”, a expliqué Shado tenancier d’une boutique.

863 milliards pour la CAN c'est excessif.

Emmanuel, un marchand, explique que : “C’est parce que le Gabon a perdu que ça ne fonctionne pas. Est-ce qu’il n’y a pas de match aujourd’hui, mais vous voyez, personne ne porte de maillots, c’est comme s’il n’y avait pas de match.”

Les dirigeants des syndicats et de la société civile avaient appelé à un boycott de la CAN quelques jours avant le début du tournoi, disant que l’argent que le pays consacre à l’organisation du tournoi serait mieux dépensé pour la santé et l‘éducation.

“Notre gouvernement s’intéresse plus aux activités récréatives : organiser les CAN, organiser des courses de bateaux, organiser de grands événements avec des artistes qui reçoivent des milliards de francs CFA, ce qui fait que les Gabonais refusent d’accepter les choix des politiques publiques de ce gouvernement. Parce que 863 milliards pour la CAN c’est excessif”, a fustigé Marcel Libama, vice-président de l’Union des services civils.

La finale se disputera dimanche au stade de l’Amitié de Libreville. Pour rappel, le Gabon, pays hôte, a été sorti du tournoi dès la phase de poule, accentuant la frustration des Gabonais qui critiquaient déjà le tournoi à cause des 863 milliards de Fcfa investis.