Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Business Africa

business-africa

La crise économique de la CEMAC débattue au Cameroun

La crise économique de la CEMAC débattue au Cameroun

Business africa

Une vingtaine de gouverneurs de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), ainsi que des universitaires, se sont donné rendez-vous le 25 janvier dernier à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun. Le but de cette rencontre étant de trouver une issue à la crise économique qui sévit dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, la CEMAC.

La BCEAC n’a plus l’intention d’infecter indéfiniment ses liquidités pour soutenir les économies des pays de la CEMAC.

Lucas Abaga Nchama Gouverneur de la BEAC : ‘‘nous avons des réserves, encore des réserves. Mais, dans tous les pays exportateurs d’hydrocarbures, les réserves baissent. Nous avions ici l’Algérie, nous avions le Nigeria. C’est normal aussi que nos réserves, aussi baissent. Et pour éviter… Nous qui sommes arrimés à l’euro par le biais d’échanges fixes… Pour éviter d’aller plus loin, c’est pour cela que nous prenons des mesures.’‘

... tout programme d’ajustement structurel a un coût social et cela touche les populations moyennes et les populations faibles. Et cela touche les jeunes au niveau de l’emploi.

Des mesures envisagées pour sortir d’une crise qui perdure

Parlant de mesures, la BEAC en a adoptées certaines, afin d’aider les pays de l’Afrique centrale à faire temporairement face à la chute des prix du pétrole. Parmi ces mesures, l’on compte la baisse du taux directeur de la BEAC (qui est passé de 2,95 % à 2,45%), l’augmentation régulière des volumes des liquidités injectées dans le système bancaire et le gel de la baisse des financements direct des États.

Autres solutions envisagées, la nécessité pour la BEAC de convaincre les gouvernements à ne plus alourdir d’année en année la dette intérieure. Aussi, l’urgence pour la BEAC de mettre en place un mécanisme de prévention des crises financières et l’obligation pour les Etats de diversifier leurs économies pour ne plus dépendre des ressources naturelles non-renouvelables.

‘‘La crise que traverse en particulier l’Afrique centrale est une crise qui a deux origines. La baisse des cours des matières premières, particulièrement le pétrole, c’est vrai, mais également la crise sécuritaire avec Boko Haram dans la partie nord du pays (le Cameroun), mais également la crise en RCA, qui pour le moment est résorbé, mais qui a laissé beaucoup de séquelles’‘, déclare Alain Blaise Batongue, le secrétaire exécutif du GICAM (Groupement inter patronal du Cameroun).

Ne pas répéter les mêmes erreurs

Eviter de tomber sous le coup des ajustements structurels imposés par le Fonds monétaire international (FMI) pourrait aider les Etats à mieux se concentrer sur leurs priorités.

A ce propos, Abdellatif Jouahri, gouverneur Banque centrale du Maroc, affirme ceci : “nous sommes passés aussi par des phases de crise et la leçon que j’en tire est que je dis aux gouvernements ‘ne retombez jamais dans une situation d’ajustement structurel. Soyez prévenants, proactifs, prévenez les crises’. Pourquoi ? Parce que tout programme d’ajustement structurel a un coût social et cela touche les populations moyennes et les populations faibles. Et cela touche les jeunes au niveau de l’emploi.’‘

L’actuel gouverneur de la BEAC, Lucas Abaga Nchama, qui a passé sept ans à la tête de cette institution, a profité de ces assises pour faire ses adieux. Il cédera son poste la semaine prochaine au tchadien Abba Mahamat Tolli.

Voir plus