Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Pollution : les recours de Nigérians contre Shell rejetés

Pollution : les recours de Nigérians contre Shell rejetés

Nigéria

Le géant pétrolier anglo-néerlandais a obtenu jeudi de la Haute Cour de Londres l’arrêt des poursuites au Royaume-Uni à propos d’accusations de pollution au Nigeria.

Les plaignants, plus de 40 000 Nigérians des communautés Ogale et Bille, avaient déposé des recours collectifs dans lesquels ils accusaient Shell et sa filiale nigériane, la SPDC, d‘être responsables des fuites d’oléoducs à l’origine de la destruction des terres et de la pollution d‘étangs dans le delta du Niger.

Pour la juridiction britannique, Shell n’est pas légalement responsable des agissements de sa filiale SPDC et ne peut donc faire l’objet de poursuites devant les tribunaux britanniques. Grosso modo, pour la firme britannique et sa filiale, il s’agit d’une affaire nigériane qui doit être examinée par les tribunaux nigérians dont les plaignants redoutent l’inefficacité.

Plus grand producteur de pétrole du Nigeria, Shell conteste également les accusations proprement dites en soulignant que “Bille et Ogale sont deux régions durement touchées par le vol de pétrole, le sabotage des oléoducs et le raffinage illégal qui restent les principales sources de pollution dans le delta du Niger.

Le roi de la communauté Ogale, Emere Godwin Bebe Okpabi, qui vit dans l’Ogoniland, dans le delta du Niger (sud-est), s’est quant à lui dit “fortement déçu, mais pas abattu”. “Royal Dutch Shell fait des milliards de profits chaque année avec le pétrole nigérian alors que nos communautés abritant leurs infrastructures ont été écologiquement ravagées”, a-t-il souligné par ailleurs dans un communiqué. “On demande simplement à Shell de nettoyer son pétrole et de compenser les communautés dévastées,” s’est-il étendu.

En janvier 2015, Shell avait accepté de verser plus de 80 millions de dollars à des pêcheurs de Bodo, une autre communauté nigériane touchée par deux fuites de pétrole en 2008.

Voir plus