Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burundi : l'opposition en exil fait front commun contre Pierre Nkurunziza

Burundi : l'opposition en exil fait front commun contre Pierre Nkurunziza

Burundi

Une stratégie commune contre Pierre Nkurunziza, l’actuel président du Burundi ? Il en a été question ce week-end.

Des représentants de l’opposition, de la société civile et de la diaspora en exil se sont réunis à Louvain en Belgique dans le cadre d’un « Forum des forces vives opposées au troisième mandat criminel de Nkurunziza ».

La rencontre, « historique » selon certains participants, organisée secrètement, a rassemblé quelques 34 personnalités dont les principales figures politiques regroupées au sein du Cnared,  la principale coalition des partis d’opposition burundais, et celles de la société civile ayant fui le Burundi en raison de la répression sanglante qui s’est abattue sur le pays.

Leur objectif affiché ? Présenter un front uni afin de lutter contre le pouvoir de Pierre Nkurunziza, et œuvrer pour le retour de la démocratie au Burundi. Un plan d’action aurait été mis en place lors de cette réunion, ainsi qu’un nouveau comité de conciliation et de médiation, présidé par Pierre-Claver Mbonimpa, l’une des figures les plus prestigieuses de la société civile burundaise.

Un facilitateur avait pourtant été nommé en la personne de Benjamin Mpaka, l’ex-président de la Tanzanie. Mais la Cnared doutant de son objectivité, a décidé de faire l’impasse sur son invitation à la table des négociations. Mpaka avait notamment déclaré ne plus vouloir « perdre de temps sur la question de la légitimité du président Nkurunziza », provoquant l’ire de l’opposition.

Si le pouvoir n’a pas encore réagi à l’annonce de cette fronde, de nombreux internautes, sceptiques, ont pointé “l’ego surdimensionné des opposants burundais” et leur “incapacité légendaire à s’unir”.

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis l’annonce en avril 2015 de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et son élection en juillet de la même année.

Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays depuis avril 2015.

Voir plus