Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Yahya Jammeh en exil en Guinée équatoriale

Yahya Jammeh en exil en Guinée équatoriale

Gambie

Le désormais ex-président de Gambie a posé ses valises en Guinée équatoriale après une escale à Conakry. Yahya Jammeh a quitté la Gambie samedi à bord de l’appareil du président guinéen Alpha Condé.

Le départ du candidat défait à la présidentielle du 1 décembre met ainsi fin à près de six semaines de crise politique en Gambie.

Yahya Jammeh n’ a pas quitté son pays incognito, l’ex-président a eu droit aux honneurs à l’aéroport de Banjul. Des dignitaires étaient venus saluer celui qui a président aux destinées de leur pays pendant deux décennies. Même la fanfare militaire a été mise à contribution.

Ma décision, aujourd'hui, n'a pas été dictée par quiconque, mais par l'intérêt suprême de vous, le peuple gambien et notre cher pays"

Des sympathisants s‘étaient aussi ressemblés sur le tarmac, bravant le cordon de sécurité pour saluer leur leader, certains n’ont pas pu maîtriser leurs larmes alors que d’autres choisissaient d’applaudir le chef sur le départ. “Il est parti par amour de la Gambie, il est parti pour l’Afrique, il est parti pour le bien des enfants, des femmes, et le développement que la Gambie a connu ces 22 dernières années sous sa direction. Cet homme n’est pas un lâche, il a aimé l’Afrique, il a aimé la Gambie, il s’est sacrifié beaucoup pour cette nation.” , a déclaré Bassainay Badjie, sympathisant de Jammeh.

Pour ses adversaires, la tendance était à la fête. Ils ont salué la fin de la dictature et l’avènement d’une nouvelle ère. “Nous sommes libres maintenant! Nous ne sommes plus en prison”, a lancé Fatou Cham, 28 ans, jubilant dans la rue. “Nous n’avons plus à faire attention avant d’exprimer nos opinion”, a-t-elle ajouté.

Peu avant de lever le voile, l’ancien président, dans une allocution a dit ‘’ croire dans l’importance du dialogue, et dans la capacité des Africains de trouver des solutions entre eux à tous les défis sur le chemin vers la démocratie et le développement économique et social’‘. Avant d’ajouter ‘, C’est pour cela que j’ai décidé aujourd’hui en toute conscience d’abandonner le manteau de leader de cette grande nation avec une gratitude infinie vers tous les Gambiens, femmes, enfants, jeunes et hommes.”

Lâché par certains de ses fidèles dont des chefs militaires, Jammeh avait-il encore une marge de manœuvre. A fortiori avec sur son territoire, des forces de la CEDEAO, munies du quitus de l’ONU pour une éventuelle intervention en Gambie afin de ‘‘faire respecter la démocratie’‘.

L’intéressé qui a résisté pendant des semaines à la pression de la communauté internationale, refuse de parler de reddition. ‘‘Ma décision, aujourd’hui, n’a pas été dictée par quiconque, mais par l’intérêt suprême de vous, le peuple gambien et notre cher pays, en prenant en considération ma prière et mon désir que la paix et la sécurité continuent de régner en Gambie.”

Une nouvelle ère commence, celle d’Adama Barrow. Le nouveau président attend maintenant l’aval de la CEDEAO pour se rendre à Banjul afin de s’installer dans le palais abandonné par son prédécesseur.

Jammeh passera des jours tranquilles en exil, et pour cause, la CEDEAO et l’ONU ont promis samedi de garantir les droits de l’ex-président . Y compris à revenir dans son pays au moment de son choix, selon les termes d’un communiqué.

Voir plus